Liste des
auteurs

Dossiers
spéciaux
"Oeuvres"




colpub
Sites
Partenaires

La Littérature
de A à Z


des centaines
d'articles
disponibles
 
  

web tracker

Commentaires composes sur Ovide
Ovide

Cours et Études sur Ovide ( Les Métamorphoses)

Pour l’année 2005-2006 : la liste des objets d’étude et des oeuvres obligatoires inscrits au programme de littérature de la classe terminale de la série littéraire, publié au JORF du 4 août 2001 et au B.O. hors-série n° 3 du 30 août 2001

A: Domaine : Grands modèles littéraires - Modèles antiques
Oeuvre : “Les Métamorphoses” d’Ovide (Livre X, Livre XI, Livre XII).
L’étude de ces trois livres sera accompagnée de la lecture complémentaire de quelques épisodes choisis librement par le professeur en fonction de leurs échos dans la littérature et les arts.
Document d’accompagnement en ligne sur Éduscol (http//:www.eduscol. education.fr).

Traduction de quelques récits
  • Pages proposées par des latinistes du lycée Poincaré à Bar-le-Duc (Meuse).
    Traduction et illustration d'extraits des livres I, II, VIII sous le titre
    « Métamorphoses végétales » (Daphné, les Héliades, Philémon et Baucis.

Mythologie

Les grandes figures de la mythologie

  • Présentation dans un tableau des thèmes ou personnages des différents livres. Des liens donnent accès à une fiche présentant certaines grandes figures Orphée et Eurydice, Ganymède, Pygmalion, Atalante et Hippomène, Pélée et Thétis, Les Centaures...

Mythologie gréco-latine

  • Fiches sur les grandes figures de la mythologie antique : attributions, légende : filiation, iconographie...

Biographie - Ovide, son oeuvre

* Publius Ovidius Naso, né dans le sud de l'Italie, étudiera le droit à Rome, avant de se consacrer à la poésie. Il achèvera ses études à Athènes, traversera la Grèce et la Sicile, avant de s'installer à Rome où ses poèmes connaîtront rapidement le succès.
Ses lecteurs apprécieront ses Amours, recueil de poèmes adressés à une amante fictive.
Dans ses Héroïdes, une série de vingt et une lettres d'amour fictives, il imaginera des suppliques d'héroïnes de la mythologie (Briséis, Médée, Phèdre, etc.) adressées à leur amant pour le faire revenir.
Son grand succès, l'Art d'aimer, un manuel de séduction et d'érotisme, lui vaudra également les foudres d'Auguste qui l'exilera, en l'an VIII, dans une ville de l'actuelle Roumanie, sur les bords de la Mer noire. Il semble cependant que la sanction avait davantage de raisons politiques et religieuses.
Ovide ne sera cependant pas déchu, comme de nombreux proscrits, de sa citoyenneté romaine. En attendant de pouvoir revenir dans sa ville, il publiera le recueil des Tristes, témoignage de son existence malheureuse dans lequel il implore la clémence d'Auguste, qui l'ignorera. L'empereur interdira la présence des ouvrages d'Ovide dans les bibliothèques publiques après la mort de l'écrivain.

 

* Les mythes, tels ceux d’Europe, de Narcisse ou d’Arachné inspirèrent à Ovide ses Métamorphoses. Cette oeuvre (une des plus significatives de la littérature de la Rome antique ) comprend, sur plus de 12000 vers, le récit de deux cent quarante-six fables sur les métamorphoses relatives à la transformation de dieux ou de héros en bêtes, plantes ou rochers, disposées chronologiquement depuis le Chaos jusqu'à la métamorphose de Jules César en étoile. Aux frontières de l’élégie, de l’idylle, de l’épopée, de la tragédie, ces récits de la mythologie sont choisis parmi le riche répertoire de la tradition grecque et les fables romaines.
Ovide dans cette oeuvre magistrale a fait choix d’une poésie savante relevant du récit étiologique : il combine de façon complexe sources et variantes érudites. C’est un aspect d’un grand courant esthétique du monde gréco-romain, si fécond dans l’histoire des arts, l’alexandrinisme : plaisir de l’érudition, des périphrases savantes, des belles formes, de la mise en tableau, goût très vif de l’ingéniosité, mais aussi de la dissonance légère. Par là aussi, cette oeuvre est un " grand modèle ", avec ses résurgences dans l’oeuvre de Ronsard, de Chénier, des Parnassiens.
Le grand succès des Métamorphoses dans la poésie baroque et mondaine du XVIIème siècle en particulier, a tenu aux touches légères de badinage mises par Ovide, aux dissonances diverses qui affectent l’épopée et le poème cosmologique ; la légèreté de son vers aussi le distingue entre tous les poètes latins. Il a servi de modèle pour toute une lignée de poètes, de Marot, qui a traduit d’ailleurs les livres I-III des Métamorphoses, à La Fontaine

  • «Tout change, rien ne périt; le souffle vital circule, il va de-ci de-là et il prend possession à son gré des créatures les plus différentes; du corps des bêtes il passe dans celui des hommes, du nôtre dans celui des bêtes; mais il ne meurt jamais.» Ainsi Ovide présente-t-il ses Métamorphoses. Ce pourrait être aussi une définition de l’art baroque, qui puisa dans ce chef-d’oeuvre son inspiration accordée à son goût des volutes, à l’exubérance de ses mouvements, à la pure sensualité de ses formes, à son génie du déséquilibre.
  • Dans Les Métamorphoses, Ovide réédite l'"utopie" d'Hésiode , de la "Race d'or", société sans contraintes, sans armes, vouée à l'économie de la cueillette et vivant dans un printemps éternel : "Alors coulaient des fleuves de lait, des fleuves de nectar, et le miel fauve, goutte à goutte sortait de l'yeuse verdoyante".

Les Héroïdes

Il en commença la rédaction très tôt (vers 18-19 ans). Ce sont des lettres en vers de femmes dont les maris ou les amants étaient absents. En tout c’est une quinzaine de Lettres qui auront une longue postérité. Les thèmes sont empruntés à divers cycles mythologiques et rappellent les grandes oeuvres de la littérature antique. Ainsi Médée, Phèdre, Laodamie, Briséis, Déjanire, Didon, Ariane, Hermione, Hypermestre, écrivent à leur "douce moitié". Autant d’héroïnes empruntées aux cycles troyen, hellénique, latin et tragique grec. Ovide s’adressait à un public fort cultivé qui se réjouissait de suivre l’auteur au travers du dédale mythologique...
Signalons ici la tragédie de Médée écrite par Ovide et que nous avons malheureusement perdu (voir aussi la Médée de Sénèque)
On a souvent souligné le caractère très "contemporain" des sentiments exprimés dans les Héroïdes en comparaison de l’ "antiquité" des personnages et des situations. C’est peut-être d’ailleurs ce qui explique le succès de cette oeuvre.
Ovide nous fournit aussi un certain nombre de réponses des bien-aimés. L’influence de la tragédie y est encore plus sensible mais elles sont moins émouvantes (certains ont d’ailleurs mis en doute leur authenticité).

Les Amores

Ovide décrit des thèmes comme l’attente devant une porte fermée, la maladie de la femme aimée, l’amitié, la jalousie, la joie du premiertriomphe... bref, tout le recueil est inspiré par l’amour.
Les Amores furent d’abord édités en 5 livres puis en 3 livres seulement . Ovide avait remanié l’oeuvre pour y supprimer un certain nombre de pièces qu’il ne jugeait pas satisfaisantes. Corinne est le nom qui domine l’oeuvre, on ne sait si elle exista vraiment, mais elle semble plutôt être le résulta d’une sorte de "mélanges" des femmes que connaissait, désirait ou aimait Ovide. Donc les Amores ne sont pas le reflet d’un amour vécu, c’est un recueil à la gloire de l’amour et de la femme aimée. L’amour est une sorte de combat, de militia. On peut en inférer qu’il vaut mieux faire l’amour que la guerre, voilà une nouvelle que n’allait pas ravir les puissants (Ovide allait bientôt s’en rendre compte).
Ovide nous dit que c’est Cupidon qui est venu l’inciter à travailler sur une telle oeuvre.

L’Ars amatoria (prendre ars dans le sens de manuel, traité)

Entreprise d’Ovide pour enseigner le jeu qu’est l’amour. Il fait le dénombrement des techniques de séductions. Il faut se montrer aimable et généreux, louer les défauts de la femme aimée, ne pas paniquer quand apparaît un rival, cacher ses infidélités...
On reprocha bientôt à Ovide de n’avoir pensé qu’aux hommes et de n’avoir pas conseillé les femmes. Pour répondre à ce reproche, Ovide publia le De medicamine faciei femineae.

De medicamine faciei femineae

Ovide enseigne aux femmes comment prendre soin d’elle-même, donne les recettes de produits de beautés. Il compare aussi la coquetterie de son temps avec celle de jadis.
Bientôt on reprocha à Ovide de n’écrire que sur des sujets licencieux, on disait alors qu’aucun de ses livres ne pouvait être mis entre les mains d’une femme honnête. Ce fut la raison, à en croire le poète lui-même, qui le poussa à écrire les Remèdes à l’amour.

Remedia amoris

Ovide prend le contre-pied de ses ouvrages précédents et explique aux jeunes hommes comme aux jeunes femmes comment éviter les méfaits de l’amour, comment éradiquer la passion... à part la magie tous les moyens sont bons dit-il.
Mais la veine érotique s’essouffle, Ovide allait trouver un nouveau genre.

Les Faste

Ce devait être un commentaire poétique du calendrier religieux romain, elles ne furent pas achevées.
En effet, une dizaine d’années après la publication de l’Art d’aimer, Auguste semble découvrir que ce poème est profondément immoral et décide d’exiler le poète. Ce prétexte semble cacher un motif sur lequel les débats sont vifs, il semble que ce soit politique ou religieux (Ovide dira qu’il a vu quelque chose qu’il ne devait pas voir, mais il ne dit jamais ce que c’était, peut-être dans l’espoir de pouvoir rentrer un jour ?)

Livres X, XI, XII des Métamorphoses

Au Livre X apparaît la figure d’Orphée, époux d’Eurydice mais aussi et surtout conteur, chantre et enchanteur : figure originelle du poète inspiré, reprise à toutes les époques dans la poésie lyrique et par l’opéra. Orphée conteur ajoute à la palette très riche de toutes les amours évoquées par Ovide.
Orphée descend aux Enfers. Eurydice lui est rendue et reprise par le dieu des morts. Métamorphoses d'Atys, en pin; de Cyparissus, en cyprès; d'Hyacinthe, en fleur; des Cérastes, en taureaux; des Propétides, en rochers. La statue de Pygmalion animée. Atalante et Hippomène changés en lions; Adonis, en anémone; Mentha, en menthe.
Le Livre XI fait succéder au récit d’Orphée plusieurs histoires d’amours interdites, sources inépuisables de romanesque pour le théâtre et pour les conteurs ; cependant, Ovide n’est pas un conteur innocent. Ses récits, ses audaces romanesques doivent être replacés dans un contexte où l’on verra se tisser des liens entre politique, littérature et religion sous le principat d’Auguste.
Orphée est déchiré par les Bacchantes. Changement d'un serpent en pierre; des Ménades en arbres. Midas change tout en or. Il reçoit des oreilles d'âne. Neptune et Apollon bâtissent les murs de Troie. Thétis épouse de Pélée. Parjure de Laomédon. Hésione délivrée épouse Télamon. Métamorphoses de Dédalion en épervier, et d'un loup en rocher. Céyx et Alcyone. Palais du Sommeil. Esaque changé en plongeon.
À travers les Livres X et XI, un cheminement imprévisible plein de surprises et des dispositifs énonciatifs raffinés conduisent à la réécriture de l’épopée homérique au Livre XII : la matière épique devient matière à métamorphose. Ovide cependant ne renonce pas à raconter, par exemple le choc des Centaures et des Lapithes qui a donné lieu dans le monde grec à d’admirables reliefs sculptés.
Un serpent qui dévore les oiseaux annonce la longueur de la guerre de Troie; il est changé en rocher. Une biche est immolée au lieu d'Iphigénie. Cycnus, tué par Achille, est changé en cygne. Métamorphoses de Cénée et de Périclymène en oiseaux. Nestor dit le combat des Lapithes et des Centaures. Il raconte aussi les changements de forme de Périclymène. Mort d'Achille.

Source : http://www.bac-l.com/

Pour en savoir plus sur Ovide, consultez les liens ci-dessous.

Ovide poète de l'exil - (fichier audio)

Quelques lignes pour présenter Ovide et les Métamorphoses.

Biographie d'Ovide

  • Présentation des Métamorphoses
    Présentation des mythes et commentaires des oeuvres de Louvre.edu illustrant ces mythes.

Les Métamorphoses aux éditions Diane de Selliers

  • Les Métamorphoses illustrées par la peinture baroque.
    Brève présentation de l'oeuvre (cliquer sur les liens en haut de page) :
    l'oeuvre (les sources d'inspiration, l'histoire, l'influence des Métamorphoses),
    l'auteur (biographie, l'exil, le siècle d'Auguste, les écrits d'Ovide),
    l'iconographie de l'ouvrage proposé (le choix du baroque, la peinture baroque, les peintres),
    chronologie : principaux événements historiques et littéraires contemporains d'Ovide.

En bref, biographie et principales oeuvres

Biographie

  • Sa vie, le sens de l'oeuvre et son rayonnement.

Fastes

  • Traduction de M. Nisard.

L’art d’aimer

  • Traduction de M. Heguin de Guerle - M. F. Lemaistre.

L’exil d’Ovide

  • Article par Gaston Boissier.
    Plan :
    • I. Jeunesse heureuse d'Ovide. - Attrait qu'il ressent pour son siècle. - Goût que son siècle éprouve pour lui. - Ses Amours. L'Art d'aimer. - Reproches qu'on adresse à cet ouvrage. - Réponse qu'il fait à ces reproches.
    • II. Ovide essaye de devenir plus sérieux. - Ses rapports avec Auguste. - Raisons qu'avait Auguste de ne pas l'aimer. - La première Julie. - Cause probable de l'exil d'Ovide.
    • III. Départ d'Ovide pour l'exil. - Le premier livre des Tristes. -- La vie d'Ovide à Tomi. -Épîtres qu'il adresse à sa femme. – Ses supplications à Auguste. - Dernières années d'Ovide. - Sa mort.

Biographie et bibliographie


Traductions

La traduction de Jean-Pierre Néraudau est particulièrement recommandée pour l'étude de l'oeuvre. (Folio classique)

Traduction (légèrement adaptée) de G.T. Villenave, Paris, 1806

  • Tableau présentant le contenu des quinze livres, et liens vers la traduction de chacun d'eux.
    Avertissement des auteurs du site :
    « Cette traduction ancienne, qui prend beaucoup de libertés avec le texte latin, ne correspond évidemment pas aux exigences modernes, mais nous pensons qu'elle peut encore rendre de grands services à des non-spécialistes souhaitant prendre contact avec cette oeuvre d'Ovide, qui a exercé une énorme influence sur la culture occidentale et dont il n'existe encore, à notre connaissance, aucune traduction française sur la Toile. »

Traduction de quelques récits

  • Traduction et illustration d'extraits des livres I, II, VIII sous le titre « Métamorphoses végétales » (Daphné, les Héliades, Philémon et Baucis).

Traduction et commentaires

  • Extraits du livre X au programme de Terminale en latin en 1999-2000 traduits et commentés
      • Livre X, v. 1 - 39
      • Livre X, v. 40 - 85
      • Livre X, v. 86 - 108
      • Livre X, v. 109 - 142
      • Livre X, v. 243 - 297
      • Livre X, v. 298 - 318
      • Livre X, v. 319 - 355
      • Livre X, v. 356 - 381 (txt)
      • Livre X, v. 356 - 381 (rtf)
      • Livre X, v. 382 - 413 (txt)
      • Livre X, v. 382 - 413 (rtf)
      • Livre X, v. 519 - 559
      • Livre X, v. 560 - 599
      • Livre X, v. 600 - 637
      • Livre X, v. 638 - 680
      • Livre X, v. 681 - 707
      • Livre X, v. 708 - 739

traduction des livres X, XI, XI des Métamorphoses


Études, cours et commentaires composés

Des études pour entrer dans la culture ovidienne à travers une réflexion sur l'oeuvre, des transpositions scéniques et des parcours de certains mythes.

Structure des Livres X, XI, XII

Cours de Jean-René Armand (Fichier PDF - 56 pages)

Pygmalion et Galatée

Pyrame et Thisbé dans les Métamorphoses

  • " L'élégiaque, tragique de l'Eros et le romanesque, épique de l'Eros ? »
    Article de Anne Videau.

Les avatars du pathos erotikon dans les Métamorphoses d'Ovide, un article de Anne Videau.

L’histoire de Pygmalion, commentaire

  • Métamorphoses, X, v.243-294. Plan du commentaire :
    • 1. Un délire « érotique » (l'échec de la sublimation ?)
    • 2. Une Vénus d'ivoire (un hommage à la statuaire grecque)
    • 3. La piété récompensée

le mythe de Pygmalion

Les âges de la vie dans les Métamorphoses d’Ovide (Fichier PDF - 63 pages)

  • Mémoire de licence réalisé sous la direction du Prof. J.-J. Aubert,
    juillet 2004, Université de Neuchâtel,
    Faculté des Lettres et Sciences humaines.

Notices sur les Métamorphoses d'Ovide

  • " Pour introduire aux aspects les plus importants des Métamorphoses d'Ovide, nous avons pensé intéressant de proposer plusieurs notices modernes tirées de manuels généraux de littérature latine. En l'espèce, la plus ancienne retenue, celle de R. Pichon, remonte à 1903 ; la plus récente, celle de P. Grimal, date de 1994. "

Alcyon

  • Significations de la légende d'Alcion ( Métamorhoses XI)

Achille

  • le personnage dans le livre XII

Dieux et héros dans les Métamorphoses

Place et fonction des dieux

Fonction d'Orphée dans les Livres X, XI, XII

Le personnage d'Orphée

Monstre et monstruosité dans les Métamorphoses

L'épisode du sommeil (Livre XI )

Les descriptions du palais du Sommeil et de celui de la Renommée

Fonction esthétique de la violence dans les trois livres des Métamorphoses

L'image de l'artiste

L'image de l'amour dans le Livre X des Métamorphoses

Unité et diversité dans les Métamorphoses

L'épisode du roi Midas

Le pays de la renommée ou le récit dévoilé

L'épisode Myrrha