Fermer
cette
fenêtre

Première partie

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 5

Chapitre 6

Chapitre 7

Chapitre 8

Deuxième partie

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 7

Chapitre 10

Guy de Maupassant

Bel-Ami - Deuxième partie - Chapitre 2

Les Du Roy étaient, rentrés à Paris depuis deux jours et le journaliste avait repris son ancienne besogne, en attendant qu'il quittât le service des Echos pour s'emparer définitivement des fonctions de Forestier et se consacrer tout à fait à la politique.
Il remontait chez lui, ce soir là, au logis de son prédécesseur, le coeur joyeux, pour dîner, avec le désir éveillé d'embrasser tout à l'heure sa femme dont il subissait vivement le charme physique et l'insensible domination. En passant devant une fleuriste, au bas de la rue Notre-Dame de Lorette, il eut l'idée d'acheter, un bouquet pour Madeleine et il prit une grosse, botte de roses à peine ouvertes, un paquet de boutons parfumés.
A chaque étage de son nouvel escalier il se regardait complaisamment dans cette glace dont la vue lui rappelait sans cesse, sa première entrée dans la maison.
Il sonna, ayant oublié sa clef, et le même domestique, qu'il avait gardé aussi sur le conseil de sa femme, vint ouvrir.
Georges demanda: - Madame est rentrée?
- Oui monsieur.
Mais en traversant la salle à manger il demeura fort surpris d'apercevoir trois couverts; et, la portière du salon étant soulevée, il vit Madeleine qui disposait dans un vase de la cheminée une botte de roses toute pareille à la sienne. Il fut contrarié, mécontent, comme si on lui eût volé son idée, son attention et tout le plaisir qu'il en attendait.
Il demanda en entrant: - Tu as donc invité quelqu'un?
Elle répondit sans se retourner, en continuant à arranger ses fleurs: - Oui et non. C'est mon vieil ami le comte de Vaudrec qui a l'habitude de dîner ici tous les lundis, et qui vient comme autrefois.
Georges murmura: - Ah! très bien.
Il restait debout derrière elle, son bouquet à la main, avec une envie de le cacher, de le jeter. Il dit cependant:
- Tiens, je t'ai apporté des roses!
Elle se retourna brusquement, toute souriante, criant:
- Ah! que tu es gentil d'avoir pensé à ça.
Et elle lui tendit ses bras et ses lèvres avec un élan de plaisir si vrai qu'il se sentit consolé.
Elle prit les fleurs, les respira, et, avec une vivacité d'enfant ravie, les plaça dans le vase resté vide en face du premier. Puis elle murmura en regardant l'effet:
- Que je suis contente! Voilà ma cheminée garnie maintenant.
Elle ajouta presque aussitôt, d'un air convaincu:
- Tu sais, il est charmant, Vaudrec, tu seras tout de suite intime avec lui.
Un coup de timbre annonça le comte. Il entra, tranquille, très à l'aise, comme chez lui. Après avoir baisé galamment les doigts de la jeune femme, il se tourna vers le mari et lui tendit la main avec cordialité en demandant: - Ça va bien, mon cher Du Roy?
Il n'avait plus son air roide, son air gourmé de jadis, mais un air affable, révélant bien que la situation n'était plus la même. Le journaliste, surpris, tâcha de se montrer gentil pour répondre à ces avances. On eût cru, après cinq minutes, qu'ils se connaissaient et s'adoraient depuis dix ans.
Alors Madeleine, dont le visage était radieux, leur dit:
- Je vous laisse ensemble. J'ai besoin de jeter un coup d'oeil à ma cuisine. - Et elle se sauva, suivie par le regard des deux hommes.
Quand elle revint, elle les trouva causant théâtre, à propos d'une pièce nouvelle, et si complètement du même avis qu'une sorte d'amitié rapide s'éveillait dans leurs yeux à la découverte de cette absolue parité d'idées.
Le dîner fut charmant, tout intime et cordial; et le comte demeura fort tard dans la soirée, tant il se sentait bien dans cette maison, dans ce joli nouveau ménage.
Dès qu'il fut parti, Madeleine dit à son mari,:
- N'est-ce pas qu'il est parfait? Il gagne du tout au tout à être connu. En voilà un bon ami, sûr, dévoué, fidèle. Ah! sans lui...
Elle n'acheva point sa pensée, et Georges répondit:
- Oui, je le trouve fort agréable. Je crois que nous nous entendrons très bien.
Mais elle reprit aussitôt: - Tu ne sais pas, nous avons à travailler, ce soir, avant de nous coucher. Je n'ai pas eu le temps, de te parler de ça avant dîner, parce que Vaudrec est arrivé tout de suite. On m'a apporté des nouvelles graves, tantôt, des nouvelles du Maroc. C'est Laroche-Mathieu, le député, le futur ministre, qui me les a données. Il faut que nous fassions un grand article, un article à sensation. J'ai des faits et des chiffres. Nous allons nous mettre à la besogne immédiatement. Tiens, prends la lampe.
Il la prit et ils passèrent dans le cabinet de travail. Les mêmes livres s'alignaient dans la bibliothèque qui portait maintenant sur son faite les trois vases achetés au golfe Juan, par Forestier, la veille de son dernier jour. Sous la table, la chancelière du mort attendait les pieds de Du Roy qui s'empara, après s'être assis, du porte-plume d'ivoire, un peu mâché au bout, par la dent de l'autre.
Madeleine s'appuya à la cheminée, et ayant allumé une cigarette, elle raconta ses nouvelles, puis exposa ses idées, et le plan de l'article qu'elle rêvait.
Il l'écoutait avec attention, tout en griffonnant des notes; et quand elle eut fini il souleva, des objections, reprit la question, l'agrandit, développa à son tour non plus un plan d'article, mais un plan de campagne contre le ministère actuel. Cette attaque serait le début. Sa femme avait cessé de fumer, tant son intérêt, s'éveillait, tant elle voyait large et loin en suivant la pensée de Georges.
Elle murmurait de temps en temps: - Oui... oui... C'est très bon... C'est excellent... C'est très fort...
Et quand il eut achevé, à son tour, de parler:
- Maintenant écrivons, dit-elle.
Mais il avait toujours le début difficile et il cherchait ses mots avec peine. Alors elle vint doucement se pencher sur son épaule et elle se mit à lui souffler ses phrases tout bas, dans l'oreille.
De temps en temps elle hésitait et demandait:
- Est-ce bien ça que tu veux dire?
Il répondait:
- Oui, parfaitement.
Elle avait des traits piquants, des traits venimeux de femme pour blesser le chef du conseil; et elle mêlait des railleries sur son visage à celles sur sa politique, d'une façon drôle qui faisait rire et saisissait en même temps par la justesse de l'observation.
Du Roy, parfois, ajoutait quelques lignes qui rendaient plus profonde et plus puissante la portée d'une attaque. Il savait en outre l'art des sous-entendus perfides, qu'il avait appris en aiguisant des échos; et quand un fait donné pour certain par Madeleine lui paraissait douteux ou compromettant, il excellait à le faire deviner et à l'imposer à l'esprit avec plus de force que s'il l'eût affirmé.
Quand leur article fut terminé, Georges le relut tout haut, en le déclamant. Ils le jugèrent admirable d'un commun accord et ils se souriaient, enchantés et surpris, comme s'ils venaient de se révéler l'un à l'autre. Ils se regardaient au fond des yeux, émus d'admiration et d'attendrissement; et ils s'embrassèrent avec élan avec une ardeur de leurs esprits à leurs corps.
Du Roy reprit la lampe: - Et, maintenant, dodo, dit-il avec un regard allumé.
Elle répondit:
Passez, mon maître puisque. vous éclairez la route.
Il passa, et elle le suivit, dans leur chambre chatouillant le cou du bout du doigt, entre le col les cheveux, pour le faire aller plus vite, car, il redoutait cette caresse.
L'article parut sous la signature de Georges du Roy de Cantel, et fit grand bruit. On s'en émut à la Chambre. Le père Walter en félicita l'auteur et le chargea de la rédaction politique de la Vie Française. Les Echos revinrent à Boisrenard.
Alors commença, dans le journal , une campagne habile et violente contre le ministère qui dirigeait les affaires. L'attaque, toujours adroite et nourrie de faits, tantôt ironique, tantôt sérieuse, parfois plaisante, parfois virulente, frappait avec une sûreté et une continuité dont tout le monde s'étonnait. Les autres feuilles citaient sans cesse la Vie Française, y coupaient des passages entiers, et les hommes du pouvoir s'informèrent si on ne pouvait pas bâillonner avec une préfecture cet ennemi inconnu et acharné.
Du Roy devenait célèbre dans les groupes politiques. Il sentait grandir son influence à la pression des poignées de main, et à l'allure des coups de chapeau. Sa femme d'ailleurs l'emplissait de stupeur et d'admiration par l'ingéniosité de son esprit, l'habileté de ses informations et le nombre de ses connaissances.
A tout moment, il trouvait dans son salon, en rentrant chez lui, un sénateur, un député, un magistrat, un général, qui traitaient Madeleine en vieille amie, avec une familiarité sérieuse. Où avait-elle connu tous ces gens? Dans le monde, disait-elle. Mais comment avait-elle su capter leur confiance et leur affection? Il ne le comprenait pas.
- Ça ferait une rude diplomate, pensait-il.
Elle rentrait souvent en retard aux heures des repas, essoufflée, rouge, frémissante, et, avant même d'avoir ôté son voile, elle disait: - J'en ai du nanan, aujourd'hui. Figure-toi que le ministre de la justice vient de nommer deux magistrats qui ont fait partie des commissions mixtes. Nous allons lui flanquer un abatage dont il se souviendra.
Et on flanquait un abatage au ministre, et on lui en reflanquait un autre le lendemain et un troisième le jour suivant. Le député Laroche-Mathieu qui dînait rue Fontaine tous les mardis, après le comte de Vaudrec qui commençait la semaine, serrait vigoureusement les mains de la femme et du mari avec des démonstrations de joie excessives. Il ne cessait de répéter: - Cristi, quelle campagne. Si nous ne réussissons pas après ça?
Il espérait bien réussir en effet à décrocher le portefeuille des Affaires étrangères qu'il visait depuis longtemps.
C'était un de ces hommes politiques à plusieurs faces, sans convictions, sans grands moyens, sans audace et sans connaissances sérieuses, avocat de province, joli homme de chef-lieu, gardant un équilibre de finaud entre tous les partis extrêmes, sorte de jésuite républicain et de champignon libéral de nature douteuse comme il pousse par centaines sur le fumier populaire du suffrage universel.
Son machiavélisme de village le faisait passer pour fort parmi ses collègues, parmi tous les déclassés et les avortés dont on fait des députés. Il était assez soigné, assez correct, assez familier, assez aimable pour réussir. Il avait des succès dans le monde, dans la société mêlée; trouble et peu fine des hauts fonctionnaires du moment.
On disait partout de lui: "Laroche sera ministre", et il pensait aussi plus fermement que tous les autres que Laroche serait ministre.
Il était un des principaux actionnaires du journal du père Walter, son collègue et son associé en beaucoup d'affaires de finances.
Du Roy le soutenait avec confiance et avec des espérances confuses pour plus tard. Il ne faisait que continuer d'ailleurs l'oeuvre commencée par Forestier, à qui Laroche-Mathieu avait promis la croix, quand serait venu le jour du triomphe. La décoration irait sur la poitrine du nouveau mari de Madeleine, voilà tout. Rien n'était changé, en somme.
On sentait, si bien que rien n'était changé que les confrères de Du Roy lui montaient une scie dont il commençait à se fâcher.
On ne l'appelait plus que Forestier.
Aussitôt qu'il arrivait au journal, quelqu'un criait: - Dis donc, Forestier.
Il feignit de ne pas entendre et cherchait les lettres dans son casier. La voix reprenait, avec plus de force:
- Hé! Forestier. - Quelques rires étouffés couraient.
Comme Du Roy gagnait, le bureau du directeur, celui qui l'avait appelé l'arrêtait: - Oh! pardon; c'est à toi que je veux parler. C'est stupide je te confonds toujours avec ce pauvre Charles. Cela tient à ce que tes articles ressemblent bigrement aux siens. Tout le monde s'y trompe.
Du Roy ne répondait rien, mais il rageait; et une colère sourde naissait en lui contre la mort.
Le père Walter lui-même avait déclaré, alors qu'on s'étonnait de similitudes flagrantes de tournure et d'inspiration entre les chroniques du nouveau rédacteur politique et celles de l'ancien: - Oui, c'est du Forestier, mais du Forestier plus nourri, plus nerveux, plus viril.
Une autre fois, Du Roy en ouvrant par hasard l'armoire aux bilboquets avait trouvé ceux de son prédécesseur avec un crêpe autour du manche, et le sien, celui dont il se servait quand il s'exerçait sous la direction de Saint-Potin, était orné d'une faveur rose, tous avaient été rangés sur la même planche, par rang de taille; et une pancarte, pareille à celle des musées, portait l'écrit: "Ancienne collection Forestier et Cie, Forestier-Du Roy, successeur, breveté S.G.D.G. Articles inusables pouvant servir en toutes circonstances, même en voyage."
Il referma l'armoire avec calme en prononçant assez haut pour être entendu:
- Il y a des imbéciles et des envieux partout.
Mais il était blessé dans son orgueil, blessé dans sa vanité, et cette vanité et cet orgueil ombrageux d'écrivain, qui produisent cette susceptibilité nerveuse toujours en éveil, égale chez le reporter et chez le poète génial.
Ce mot: "Forestier" déchirait son oreille; il avait peur de l'entendre, et se sentait rougir en l'entendant.
Il était pour lui, ce nom, une raillerie mordante, plus qu'une raillerie, presque une insulte. Il lui criait: "C'est ta femme qui fait ta besogne comme elle faisait celle de l'autre. Tu ne serais rien sans elle."
Il admettait parfaitement que Forestier n'eût rien été sans Madeleine; mais quant à lui, allons donc!
Puis, rentré chez lui l'obsession continuait. C'était la maison tout entière maintenant qui lui rappelait le mort, tout le mobilier, tous les bibelots, tout ce qu'il touchait: Il ne pensait guère à cela dans les premiers temps; mais la scie montée par ses confrères avait fait en son esprit une sorte de plaie, qu'un tas de riens inaperçus jusqu'ici envenimaient à présent.
Il ne pouvait plus prendre un objet sans qu'il crût voir aussitôt la main de Charles posée dessus. Il ne regardait et ne maniait que des choses lui avant servi autrefois, des choses qu'il avait achetées, aimées et possédées. Et Georges commençait à s'irriter même à la pensée des relations anciennes de son ami et de sa femme.
Il s'étonnait parfois de cette révolte de son coeur, qu'il ne comprenait point, et se demandait: "Comment diable se fait-il? Je ne suis pas jaloux des amis de Madeleine. Je ne m'inquiète jamais de ce qu'elle fait. Elle rentre et sort à son gré, et le souvenir de cette brute de Charles me met en rage!"
Il ajoutait, mentalement: "Au fond, ce n'était qu'un crétin; c'est sans doute ça qui me blesse. Je me fâche que Madeleine ait pu épouser un pareil sot."
Et sans cesse il répétait: "Comment se fait-il que cette femme-là ait gobé un seul instant un semblable animal?"
Et sa rancune s'augmentait chaque jour par mille détails insignifiants qui le piquaient comme des coups d'aiguille, par le rappel incessant de l'autre, venu d'un mot de Maldeine, d'un mot du domestique ou d'un mot de la femme de chambre.
Un soir Du Roy qui aimait les plats sucrés demanda:
- Pourquoi n'avons-nous pas d'entremets? Tu n'en fais jamais servir.
La jeune femme répondit gaiement: - C'est vrai, je n'y pense pas. Cela tient à ce que Charles les avait en horreur...
Il lui coupa la parole dans un mouvement d'impatience dont il ne fut pas maître.
- Ah! Tu sais Charles commence à m'embêter. C'est toujours Charles par-ci, Charles par-là, Charles aimait ci, Charles aimait çà. Puisque Charles est crevé qu'on le laisse tranquille.
Madeleine regardait son mari avec stupeur, sans rien comprendre à cette colère subite. Puis, comme elle était fine, elle devina un peu ce qui se passait en lui, ce travail lent de jalousie posthume grandissant à chaque seconde par tout ce qui rappelait l'autre.
Elle jugea cela puéril, peut-être, mais elle fut flattée, et ne répondit rien.
Il s'en voulut, lui, de cette irritation qu'il n'avait pu cacher. Or, comme ils faisaient, ce soir-là, après dîner, un article pour le lendemain, il s'embarrassa dans. la chancelière. Ne parvenant point à la retourner, il la rejeta d'un coup de pied, et demanda en riant:
- Charles avait donc toujours froid aux pattes?
Elle répondit, riant aussi: - Oh! il vivait dans la terreur des rhumes; il n'avait pas la poitrine solide.
Du Roy reprit, avec férocité: - Il l'a bien prouvé, d'ailleurs. Puis il ajouta, avec galanterie: - Heureusement pour moi. - Et il baisa la main de sa femme.
Mais en se couchant, toujours hanté par la même pensée, il demanda encore: - Est-ce que Charles portait des bonnets de coton pour éviter les courants d'air dans les oreilles?
Elle se prêta à la plaisanterie et répondit: - Non, un madras noué sur le front.
Georges haussa les épaules et prononça avec un mépris d'homme supérieur:
- Quel serin!
Dès lors, Charles devint lui un sujet d'entretien continuel. Il parlait de lui à tout propos, ne l'appelant plus que: "ce pauvre Charles", d'un air de pitié infinie.
Et quand il revenait du journal, où il s'était entendu deux ou trois fois interpeller sous le nom de Forestier, il se vengeait en poursuivant le mort de railleries haineuses au fond de son tombeau. Il rappelait ses défauts, ses ridicules, ses petitesses, les énumérait avec complaisance, les développant et les grossissant comme s'il eût voulu combattre, dans le coeur de sa femme, l'influence d'un rival redouté.
Il répétait: - Dis donc, Made, te rappelles-tu le jour où ce cornichon de Forestier a prétendu nous prouver que les gros hommes étaient plus vigoureux que les maigres?
Puis il voulut savoir sur le défunt un tas de détails intimes et secrets que la jeune femme, mal à l'aise, refusait de dire. Mais il insistait, s'obstinait.
- Allons, voyons, raconte-moi ça. Il devait être bien drôle dans ce moment-là?
Elle murmurait du bout des lèvres:
- Voyons, laisse-le tranquille, à la fin.
Il reprenait: - Non, dis-moi! c'est vrai qu'il devait être godiche au lit, cet animal!
Et il finissait toujours par conclure: - Quelle brute c'était!
Un soir, vers la fin de juin, comme il fumait une cigarette à sa fenêtre, la grande chaleur de la soirée lui donna l'envie de faire une promenade.
Il demanda: - Ma petite Made, veux-tu venir jusqu'au Bois?
- Mais oui, certainement.
Ils prirent un fiacre découvert, gagnèrent les Champs-Elysées, puis l'avenue du Bois de Boulogne. C'était une nuit sans vent, une de ces nuits d'étuve où l'air de Paris surchauffé entre dans la poitrine comme une vapeur de four. Une armée de fiacres menait sous les arbres tout un peuple d'amoureux. Ils allaient, ces fiacres, l'un derrière l'autre, sans cesse.
Georges et Madeleine s'amusaient à regarder tous ces couples enlacés, passant dans ces voitures, la femme en robe claire et l'homme sombre. C'était un immense fleuve d'amants qui coulait vers le Bois sous le ciel étoilé et brûlant. On n'entendait aucun bruit que le sourd roulement des roues sur la terre. Ils passaient, passaient, les deux êtres de chaque fiacre, allongés sur les coussins, muets, serrés l'un contre l'autre, perdus dans l'hallucination du désir, frémissant dans l'attente de l'étreinte prochaine. L'ombre chaude semblait pleine de baisers. Une sensation de tendresse flottante, d'amour bestial épandu, alourdissait l'air, le rendait plus étouffant. Tous ces gens accouplés, grisés de la même pensée, de la même ardeur, faisaient courir une fièvre autour d'eux. Toutes ces voitures chargées d'amour, sur qui semblaient voltiger des caresses, jetaient sur leur passage une sorte de souffle sensuel subtil et troublant.
Georges et Madeleine se sentirent eux-mêmes gagnés par la contagion de la tendresse. Ils se prirent doucement la main, sans dire un mot, un peu oppressés par la pesanteur de l'atmosphère et par l'émotion qui les envahissait.
Comme ils arrivaient au tournant qui suit les fortifications, ils s'embrassèrent, et elle balbutia un peu confuse:
- Nous sommes aussi gamins qu'en allant à Rouen.
Le grand courant des voitures s'était séparé à l'entrée des taillis. Dans le chemin des Lacs que suivaient les jeunes gens, les fiacres s'espaçaient un peu, mais la nuit épaisse des arbres, l'air vivifié par les feuilles et par l'humidité des ruisselets qu'on entendait couler sous les branches, une sorte de fraîcheur du large espace nocturne tout paré d'astres, donnaient aux baisers des couples roulants un charme plus pénétrant et une ombre plus mystérieuse.
Georges murmura: - Oh! ma petite Made -, en la serrant contre lui.
Elle lui dit: - Te rappelles-tu la forêt de chez toi, comme c'était sinistre. Il me semblait qu'elle était pleine de bêtes affreuses et qu'elle n'avait pas de bout. Tandis qu'ici, c'est charmant. On sent des caresses dans le vent, et je sais bien que Sèvres est de l'autre côté du bois.
Il répondit:. - Oh! dans la forêt de chez moi, il n'y avait pas autre chose, que des cerfs; des renards,. des chevreuils et des sangliers, et par-ci, par-là, une maison de forestier.
Ce mot, ce nom du mort sorti de sa bouche, le surprit comme si quelqu'un le lui eût crié du fond d'un fourré,. et il se tut brusquement, ressaisi par ce malaise étrange et persistant, par cette irritation jalouse, rongeuse, invincible qui lui gâtait la vie depuis quelque temps.
Au bout d'une minute, il demanda: - Es-tu venue quelquefois ici comme ça, le soir, avec Charles?
Elle répondit: - Mais oui, souvent.
Et, tout à coup, il eut envie de retourner chez eux, une envie nerveuse qui lui serrait le coeur. Mais l'image de Forestier était rentrée en son esprit, le possédait, l'étreignait. Il ne pouvait plus penser qu'à lui, parler que de lui.
Il demanda, avec un accent méchant:
- Dis donc, Made?
- Quoi, mon ami?
- L'as-tu fait cocu, ce pauvre, Charles?
Elle murmura dédaigneuse
- Que tu deviens bête avec ta rengaine.
Mais il ne lâchait pas son idée.
- Voyons, ma petite Made, sois bien franche, avoue-le? Tu l'as fait cocu, dis? Avoue que tu l'as fait cocu?
Elle se taisait choquée comme toutes les femmes le sont par ce mot.
Il reprit obstiné: - Sacristi, si quelqu'un en avait la tête, c'est bien lui par exemple. Oh! oui, oh! oui. C'est ça qui m'amuserait de savoir que Forestier était cocu. Hein! Quelle bonne binette de jobard?
Il sentit qu'elle souriait à quelque souvenir peut-être, et il insista: - Voyons, dis-le. Qu'est-ce que ça fait? Ce serait bien drôle, au contraire, de m'avouer que tu l'as trompé, de m'avouer ça à moi.
Il frémissait, en effet. de l'espoir et de l'envie que Charles, l'odieux Charles, le mort détesté, le mort exécré, eût porté ce ridicule honteux. Et pourtant... pourtant une autre émotion, plus confuse, aiguillonnait son désir de savoir.
Il répétait: - Made, ma petite Made, je t'en prie, dis-le. En voilà un qui ne l'aurait pas volé. Tu aurais eu joliment tort de ne pas lui faire porter ça. Voyons; Made; avoue.
Elle trouvait plaisante, maintenant, sans doute, cette insistance, car elle riait, par petits rires brefs, saccadés.
Il avait mis ses lèvres tout près de l'oreille de sa femme. - Voyons... voyons... avoue-le...?
Elle s'éloigna d'un mouvement sec, et déclara brusquement: - Mais tu es stupide. Est-ce qu'on répond à des questions pareilles?
Elle avait dit cela d'un ton si singulier qu'un frisson de froid courut dans les veines de son mari et il demeura interdit, effaré, un peu essoufflé comme s'il avait reçu une commotion morale.
Le fiacre maintenant longeait le lac, où le ciel semblait avoir égrené ses étoiles. Deux cygnes vagues nageaient très lentement, à peine visibles dans l'ombre.
Georges cria au cocher: - Retournons. - Et la voiture s'en revint, croisant les autres, qui allaient au pas et dont les grosses lanternes brillaient comme des yeux dans la nuit du Bois.
Comme elle avait dit cela d'une étrange façon! Du Roy se demandait: "Est-ce un aveu?" Et cette presque certitude qu'elle avait trompé son premier mari, l'affolait de colère, à présent. Il avait envie de la battre, de l'étrangler, de lui arracher les cheveux!
"Oh! si elle lui eût répondu: - Mais, mon chéri; si j'avais dû le tromper, c'est avec toi que je l'aurais fait.
- Comme il l'aurait embrassée, étreinte, adorée!
Il demeurait immobile, les bras croisés, les yeux au ciel, l'esprit trop agité pour réfléchir encore. Il sentait seulement en lui fermenter cette rancune et grossir cette colère qui couvent au coeur de tous les mâles devant les caprices du désir féminin. Il sentait pour la première fois cette angoisse confuse de l'époux qui soupçonne! Il était jaloux enfin, jaloux pour le mort, jaloux pour le compte de Forestier! jaloux d'une étrange et poignante façon, où entrait subitement de la haine contre Madeleine. Puisqu'elle avait trompé l'autre, comment pourrait-il avoir confiance en elle, lui?
Puis, peu à peu, une espèce de calme se fit en son esprit, et se roidissant contre sa souffrance, il pensa: "Toutes les femmes sont des filles, il faut s'en servir et ne leur rien donner de soi".
L'amertume de son coeur lui montait aux lèvres en paroles de mépris et de dégoût. Il ne les laissa point s'épandre cependant. Il se répétait: "Le monde est aux forts. Il faut être fort. Il faut être au-dessus de tout."
La voiture allait plus vite. Elle repassa les fortifications. Du Roy regardait devant lui une clarté rougeâtre dans le ciel, pareille à une lueur de forge démesurée; et il entendait une rumeur confuse, immense, continue, faite de bruits innombrables et différents, une rumeur sourde, proche, lointaine, une vague et énorme palpitation de vie, le souffle de Paris respirant, dans cette nuit d'été, comme un colosse épuisé de fatigue.
Georges songeait: - Je serais bien bête de me faire de la bile. Chacun pour soi. La victoire est aux audacieux. Tout n'est que de l'égoïsme. L'égoïsme pour l'ambition et la fortune vaut mieux que l'égoïsme pour la femme et pour l'amour.
L'arc de triomphe de l'Etoile apparaissait debout à l'entrée de la ville sur ses deux jambes monstrueuses, sorte de géant informe qui semblait, prêt à se mettre en marche pour descendre la large avenue ouverte devant lui.
Georges et Madeleine se retrouvaient là dans le défilé des voitures ramenant au logis, au lit désiré, l'éternel couple, silencieux et enlacé. Il semblait que l'humanité tout entière glissait à côté d'eux, grise de joie, de plaisir, de bonheur.
La jeune femme, qui avait bien pressenti quelque chose de ce qui se passait en son mari, demanda de sa voix douce:
- A quoi songes-tu, mon ami? Depuis une demi-heure tu n'as point prononcé une parole.
Il répondit en ricanant: - Je songe à tous ces imbéciles qui s'embrassent; et je me dis que, vraiment, on a autre chose à faire dans l'existence.
Elle murmura: - Oui...mais c'est bon quelquefois.
- C'est bon... c'est bon... quand on n'a rien de mieux!
La pensée de Georges allait toujours, dévêtant la vie de sa robe de poésie, dans une sorte de rage méchante: "Je serais bien bête de me gêner, de me priver de quoi que ce soit, de me troubler, de me tracasser, de me ronger l'âme comme je le fais depuis quelque temps." L'image de Forestier lui traversa l'esprit sans y faire naître aucune irritation. Il lui sembla qu'ils venaient de se réconcilier, qu'ils redevenaient amis. Il avait envie de lui crier: - Bonsoir, vieux.
Madeleine, que ce silence gênait, demanda: - Si nous allions prendre une glace chez Tortoni avant de rentrer.
Il la regarda de coin. Son fin profil blond lui apparut sous l'éclat vif d'une guirlande de gaz qui annonçait un café chantant.
Il pensa: "Elle est jolie. Eh! tant mieux. A bon chat bon rat, ma camarade. Mais si on me reprend à rue tourmenter pour toi, il fera chaud au pôle Nord." Puis il répondit: - Mais certainement ma chérie.
Et, pour qu'elle ne devinât rien, il l'embrassa.
Il sembla à la jeune femme que les lèvres de son mari étaient glacées.
Il souriait cependant de son sourire ordinaire en lui donnant la main pour descendre devant les marches du café.