Fermer
cette
fenêtre

Première partie

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 5

Chapitre 6

Chapitre 7

Chapitre 8

Deuxième partie

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 7

Chapitre 10

Guy de Maupassant

Bel-Ami - Deuxième partie - Chapitre 1

Georges Duroy avait retrouvé toutes ses habitudes anciennes.
Installé maintenant dans le petit rez-de-chaussée de la rue de Constantinople, il vivait sagement, en homme qui prépare une existence nouvelle. Ses relations avec Mme de Marelle avaient même pris une allure conjugale, comme s'il se fût exercé d'avance à l'événement prochain; et sa maîtresse, s'étonnant souvent de la tranquillité réglée de leur union, répétait en riant: - Tu es encore plus popote que mon mari; ça n'était pas la peine de changer.
Mme Forestier n'était pas revenue. Elle s'attardait à Cannes. Il reçut une lettre d'elle, annonçant son retour seulement pour le milieu d'avril, sans un mot d'allusion à leurs adieux. Il attendit. Il était bien résolu maintenant à prendre tous les moyens pour l'épouser, si elle semblait hésiter. Mais il avait confiance en sa fortune, confiance en cette force de séduction qu'il sentait en lui, force vague et irrésistible que subissaient toutes les femmes.
Un court billet le prévint que l'heure décisive allait sonner.
"Je suis à Paris. Venez me voir.
"Madeleine FORESTIER."
Rien de plus. Il l'avait reçu par le courrier de neuf heures. Il entrait chez elle à trois heures, le même jour.
Elle lui tendit les deux mains, en souriant de son joli sourire aimable; et ils se regardèrent pendant quelques secondes, au fond des yeux.
Puis elle murmura: - Comme vous avez été bon de venir là-bas dans ces circonstances terribles!
Il répondit: - J'aurais fait tout ce que vous m'auriez ordonné.
Et ils s'assirent. Elle s'informa des nouvelles, des Walter, de tous les confrères et du journal. Elle y pensait souvent, au journal.
- Ça me manque beaucoup, disait-elle, mais beaucoup. J'étais devenue journaliste dans l'âme. Que voulez-vous, j'aime ce métier-là.
Puis elle se tut. Il crut comprendre, il crut trouver dans son sourire, dans le ton de sa voix, dans ses paroles elles-mêmes, une sorte d'invitation; et bien qu'il se fût promis de ne pas brusquer les choses, il balbutia:
- Eh bien... pourquoi... pourquoi ne le reprendriez-vous pas... ce métier... sous... sous le nom de Duroy?
Elle redevint brusquement sérieuse, et posant la main sur son bras elle murmura: - Ne parlons pas encore de ça.
Mais il devina qu'elle acceptait, et tombant à ses genoux il se mit à lui baiser passionnément les mains en répétant, en bégayant: - Merci, merci, comme je vous aime!
Elle se leva. Il fit comme elle et il s'aperçut qu'elle était fort pâle. Alors il comprit qu'il lui avait plu, depuis longtemps peut-être; et comme ils se trouvaient face à face, il l'étreignit, puis il l'embrassa sur le front, d'un long baiser tendre et sérieux.
Quand elle se fut dégagée, en glissant sur sa poitrine, elle reprit d'un ton grave:
- Ecoutez, mon ami, je ne suis encore décidée à rien. Cependant il se pourrait que ce fût "oui". Mais vous allez me promettre le secret absolu jusqu'à ce que je vous en délie.
Il jura et partit, le coeur débordant de joie.
Il mit désormais beaucoup de discrétion dans les visites qu'il lui fit et il ne sollicita pas de consentement plus précis, car elle avait une manière de parler de l'avenir, de dire "plus tard", de faire des projets où leurs deux existences se trouvaient mêlées, qui répondait sans cesse, mieux et plus délicatement, qu'une formelle acceptation.
Duroy travaillait dur, dépensait peu, tâchait d'économiser quelque argent pour n'être point sans le sou au moment de son mariage, et il devenait aussi avare qu'il avait été prodigue.
L'été se passa, puis l'automne, sans qu'aucun soupçon vînt à personne, car ils se voyaient peu, et le plus naturellement du monde.
Un soir Madeleine lui dit, en le regardant au fond des yeux: - Vous n'avez pas encore annoncé notre projet à Mme de Marelle?
- Non, mon amie. Vous ayant promis le secret je n'en ai ouvert la bouche à âme qui vive.
- Eh bien, il serait temps de la prévenir. Moi, je me charge des Walter. Ce sera fait cette semaine, n'est ce pas?
Il avait rougi. - Oui, dès demain.
Elle détourna doucement les yeux, comme pour ne point remarquer son trouble, et reprit: - Si vous le voulez, nous pourrons nous marier au commencement de mai. Ce serait très convenable.
- J'obéis en tout, avec joie.
- Le dix mai, qui est un samedi, me plairait beaucoup, parce que c'est mon jour de naissance.
- Soit, le dix mai.
- Vos, parents habitent près de Rouen, n'est-ce-pas? Vous me l'avez dit du moins.
- Oui, près de Rouen, à Canteleu.
- Qu'est-ce qu'ils font?
- Ils sont... ils sont petits rentiers.
- Ah! J'ai un grand désir de les connaître.
Il hésita, fort perplexe. - Mais... c'est que, ils sont...
Puis il prit son parti en homme vraiment fort:
- Ma chère amie, ce sont des paysans, des cabaretiers qui se sont saignés aux quatre membres pour me faire faire des études. Moi, je ne rougis pas d'eux, mais leur... simplicité... leur rusticité pourrait peut-être vous gêner.
Elle souriait délicieusement, le visage illuminé d'une bonté douce.
- Non. Je les aimerai beaucoup. Nous irons les voir. Je le veux. Je vous reparlerai de ça. Moi aussi je suis fille de petites gens... mais je les ai perdus, moi, mes parents. Je n'ai plus personne au monde... - elle lui tendit la main et ajouta - ...que vous.
Et il se sentit attendri, remué, conquis comme il ne l'avait encore été par aucune femme
- J'ai pensé à quelque chose, dit-elle, mais c'est assez difficile à expliquer.
Il demanda: - Quoi donc?
- Eh bien voilà, mon cher, je suis comme toutes les femmes, j'ai mes... mes faiblesses, mes petitesses, j'aime ce qui brille, ce qui sonne. J'aurais adoré porter un nom noble. Est-ce que vous ne pourriez pas, à l'occasion de notre mariage, vous... vous anoblir un peu?
Elle avait rougi, à son tour, comme si elle lui eût proposé une indélicatesse.
Il répondit simplement: - J'y ai bien souvent songé, mais cela ne me paraît pas facile.
- Pourquoi donc?
Il se mit à rire: - Parce que j'ai peur de me rendre ridicule.
Elle haussa les épaules: - Mais pas du tout, pas du tout. Tout le monde le fait et personne n'en rit. Séparez votre nom en deux: "Du Roy." Ça va très bien.
Il répondit aussitôt, en homme qui connaît la question:
- Non, ça ne va pas. C'est un procédé trop simple, trop commun, trop connu. Moi j'avais pensé à prendre le nom de mon pays, comme pseudonyme littéraire d'abord, puis de l'ajouter peu à peu au mien, puis même, plus tard, de couper en deux mon nom comme vous me le proposiez.
Elle demanda: - Votre pays, c'est Canteleu?
- Oui.
Mais elle hésitait: - Non. Je n'en aime pas la terminaison. Voyons, est-ce que nous ne pourrions pas modifier un peu ce mot... Canteleu?
Elle avait pris une plume sur la table et elle griffonnait des noms en étudiant leur physionomie. Soudain elle s'écria: - Tenez, tenez, voici.
Et elle lui tendit un papier où il lut: "Madame Duroy de Cantel."
Il réfléchit quelques secondes, puis. il déclara avec gravité:
- Oui, c'est très bon.
Et elle était enchantée et répétait:
- Duroy de Cantel, Duroy de Cantel, Mme Duroy de Cantel. C'est excellent, excellent!
Elle ajouta, d'un air convaincu: - Et vous verrez comme c'est facile à faire accepter par tout le monde. Mais il faut saisir l'occasion. Car il serait trop tard ensuite. Vous allez, dès demain, signer vos chroniques D. de Cantel, et vos échos tout simplement Duroy. Ça se fait tous les jours dans la presse et personne ne s'étonnera de vous voir prendre un nom de guerre. Au moment de notre mariage, nous pourrons encore modifier un peu cela en disant aux amis que vous aviez renoncé à votre du par modestie, étant donnée votre position, ou même sans rien dire du tout. Quel est le petit nom de votre père?
- Alexandre.
Elle murmura deux ou trois fois de suite: "Alexandre, Alexandre", en écoutant la sonorité des syllabes, puis elle écrivit sur une feuille toute blanche: "Monsieur et Madame Alexandre du Roy de Cantel ont l'honneur de vous faire part du mariage de Monsieur Georges du Roy de Cantel, leur fils, avec Madame Madeleine Forestier."
Elle regardait son écriture d'un peu loin, ravie de l'effet, et elle déclara: - Avec un rien de méthode, on arrive à réussir tout ce qu'on veut.
Quand il se retrouva dans la rue, bien déterminé à s'appeler désormais du Roy, et même du Roy de Cantel, il lui sembla qu'il venait de prendre une importance nouvelle. Il marchait plus crânement, le front plus haut, la moustache plus fière, comme doit marcher un gentilhomme. Il sentait en lui une sorte d'envie joyeuse de raconter aux passants:
"Je m'appelle du Roy de Cantel."
Mais à peine rentré chez lui, la pensée de Mme de Marelle l'inquiéta et il lui écrivit aussitôt, afin de lui demander un rendez-vous pour le lendemain.
"Ça sera dur, pensait-il. Je vais recevoir une bourrasque de premier ordre."
Puis il en prit son parti avec l'insouciance naturelle qui lui faisait négliger les choses désagréables de la vie, et il se mit à faire un article fantaisiste sur les impôts nouveaux à établir afin de rassurer l'équilibre du budget. Il y fit figurer la particule nobiliaire pour cent francs par an, et les titres, depuis baron jusqu'à prince, pour cinq cents jusqu'à cinq mille francs.
Et il signa: D. de Cantel.
Il reçut le lendemain un Petit bleu de sa maîtresse annonçant qu'elle arriverait à une heure.
Il l'attendit avec un peu de fièvre, résolu d'ailleurs à brusquer les choses, à tout dire dès le début, puis, après la première émotion, à argumenter avec sagesse pour lui démontrer qu'il ne pouvait pas rester indéfiniment, et que M. de Marelle s'obstinant à vivre, il avait dû songer à une autre qu'elle pour en faire sa compagne légitime.
Il se sentait ému cependant. Quand il entendit le coup de sonnette, son coeur se mit à battre.
Elle se jeta dans ses bras: - Bonjour, Bel-Ami - Puis, trouvant froide son étreinte elle le considéra, et demanda:
- Qu'est-ce que tu as?
- Assieds-toi, dit-il. Nous allons causer sérieusement. - Elle s'assit sans ôter son chapeau, relevant seulement sa voilette jusqu'au dessus du front, et elle attendit.
Il avait baissé les yeux; il préparait son début. Il commença d'une voix lente:
- Ma chère amie, tu me vois fort troublé, fort triste et fort embarrassé de ce que j'ai à t'avouer. Je t'aime beaucoup, je t'aime vraiment du fond du coeur, aussi la crainte de te faire de la peine m'afflige-t-elle plus encore que la nouvelle que je vais t'apprendre.
Elle pâlissait, se sentant trembler, et elle balbutia:
- Qu'est-ce qu'il y a? Dis vite!
Il prononça d'un ton triste, mais résolu, avec cet accablement feint dont on use pour annoncer les malheurs heureux: - Il y a que je me marie.
Elle poussa un soupir de femme qui va perdre connaissance, un soupir douloureux venu du fond de la poitrine, puis elle se mit à suffoquer, sans pouvoir parler, tant elle haletait.
Voyant qu'elle ne disait rien, il reprit: - Tu ne te figures pas combien j'ai souffert avant d'arriver à cette résolution. Mais je n'ai ni situation ni argent. Je suis seul, perdu dans Paris. Il me fallait auprès de moi, quelqu'un qui fût surtout un conseil, une consolation et un soutien. C'est une associée, une alliée que j'ai cherchée et que j'ai trouvée!
Il se tut, espérant qu'elle répondrait, s'attendant à une colère furieuse, à des violences, à des injures.
Elle avait appuyé une main sur son coeur comme pour le contenir et elle respirait toujours par secousses pénibles qui lui soulevaient les seins et lui remuaient la tète.
Il prit la main restée sur le bras du fauteuil; mais elle la retira brusquement. Puis elle murmura comme tombée dans une sorte d'hébétude: - Oh!... mon Dieu...
Il s'agenouilla devant elle, sans oser la toucher cependant, et il balbutia, plus ému par ce silence qu'il ne l'eût été par des emportements: - Clo, ma petite Clo, comprends bien ma situation, comprends bien ce que je suis. Oh! si j'avais pu t'épouser, toi, quel bonheur! Mais tu es mariée. Que pouvais-je faire? Réfléchis, voyons, réfléchis! Il faut que je me pose dans le monde, et je ne le puis pas faire tant que je n'aurai pas d'intérieur. Si tu savais!... Il y a des jours où j'avais envie de tuer ton mari...
Il parlait de sa voix douce, voilée, séduisante, une voix qui entrait comme une musique dans l'oreille.
Il vit deux larmes grossir lentement dans les yeux fixes de sa maîtresse, puis couler sur ses joues, tandis que deux autres se formaient déjà au bord des paupières.
Il murmura: - Oh! ne pleure pas, Clo, ne pleure pas, je t'en supplie. Tu me fends le coeur.
Alors elle fit un effort, un grand effort pour être digne et fière; et elle demanda avec ce ton chevrotant des femmes qui vont sangloter:
- Qui est-ce!
Il hésita une seconde, puis, comprenant qu'il le fallait:
- Madeleine Forestier.
Mme de Marelle tressaillit de tout son corps, puis elle demeura muette, songeant avec une telle attention qu'elle paraissait avoir oublié qu'il était à ses pieds.
Et deux gouttes transparentes se formaient sans cesse dans ses yeux, tombaient, se reformaient encore.
Elle se leva. Duroy devina qu'elle allait partir sans lui dire un mot, sans reproches et sans pardon; et il en fut blessé, humilié au fond de l'âme. Voulant la retenir il saisit à pleins bras sa robe, enlaçant à travers l'étoffe ses jambes rondes qu'il sentit se roidir pour résister.
Il suppliait: - Je t'en conjure, ne t'en va pas comme ça.
Alors elle le regarda, de haut en bas, elle le regarda avec cet oeil mouillé, désespéré, si charmant et si triste qui montre toute la douleur d'un coeur de femme, et elle balbutia: - Je n'ai... je n'ai rien à dire... je n'ai... rien à faire... Tu... tu as raison... tu... tu... as bien choisi ce qu'il te fallait...
Et s'étant dégagée d'un mouvement en arrière, elle s'en alla, sans qu'il tentât de la retenir plus longtemps.
Demeuré seul, il se releva, étourdi comme s'il avait reçu un horion sur la tête; puis prenant son parti, il murmura: - Ma foi, tant pis ou tant mieux. Ça y est... sans scène. J'aime autant ça. - Et, soulagé d'un poids énorme, se sentant tout à coup libre, délivré, à l'aise pour sa vie nouvelle, il se mit à boxer contre le mur en lançant de grands coups de poing, dans une sorte d'ivresse de succès et de force, comme s'il se fût battu contre la Destinée.
Quand Mme Forestier lui demanda: - Vous avez prévenu Mme de Marelle?
Il répondit avec tranquillité: - Mais oui...
Elle le fouillait de son oeil clair.
- Et ça ne l'a pas émue?
- Mais non; pas du tout. Elle a trouvé ça très bien au contraire.
La nouvelle fut bientôt connue. Les uns s'étonnèrent, d'autres prétendirent l'avoir prévu, d'autres encore sourirent en laissant entendre que ça ne les surprenait point.
Le jeune homme qui signait maintenant D. de Cantel ses chroniques, Duroy ses échos, et du Roy les articles politiques qu'il commençait à donner de temps en temps, passait la moitié des jours chez sa fiancée qui le traitait avec une familiarité fraternelle où entrait cependant une tendresse vraie, mais cachée, une sorte de désir dissimulé comme une faiblesse. Elle avait décidé que le mariage se ferait en grand secret, en présence des seuls témoins, et qu'on partirait le soir même pour Rouen. On irait le lendemain embrasser les vieux parents du journaliste, et on demeurerait quelques jours auprès d'eux.
Duroy s'était efforcé de la faire renoncer à ce projet, mais n'ayant pu y parvenir, il s'était soumis à la fin.
Donc, le 10 mai étant venu, les nouveaux époux, ayant jugé inutiles les cérémonies religieuses, puisqu'ils n'avaient invité personne, rentrèrent pour fermer leurs malles après un court passage à la mairie, et ils prirent à la gare Saint-Lazare le train de six heures du soir qui les emporta vers la Normandie.
Ils n'avaient guère échangé vingt paroles jusqu'au moment où ils se trouvèrent seuls dans le wagon. Dès qu'ils se sentirent en route, ils se regardèrent et se mirent à rire, pour cacher une certaine gêne, qu'ils ne voulaient point laisser voir.
Le train traversait doucement la longue gare des Batignolles, puis il franchit la plaine galeuse qui va des fortifications à la Seine.
Duroy et sa femme, de temps en temps, prononçaient quelques mots inutiles, puis se tournaient de nouveau vers la portière.
Quand ils passèrent le pont d'Asnières une gaieté les saisit à la vue de la rivière couverte de bateaux, de pêcheurs et de canotiers. Le soleil, un puissant soleil de mai, répandait sa lumière oblique sur les embarcations et sur le fleuve calme qui semblait immobile, sans courant et sans remous, figé sous la chaleur et la clarté du jour finissant. Une barque à voile, au milieu de la rivière, ayant tendu sur ses deux bords deux grands triangles de toile blanche pour cueillir les moindres souffles de brise, avait l'air d'un énorme oiseau prêt à s'envoler.
Duroy murmura: - J'adore les environs de Paris, j'ai des souvenirs de fritures qui sont les meilleurs de mon existence.
Elle répondit: - Et les canots! Comme c'est gentil de glisser sur l'eau au coucher du soleil!
Puis il se turent comme s'ils n'avaient point osé continuer ces épanchements sur leur vie passée, et ils demeurèrent muets, savourant peut-être déjà la poésie des regrets.
Duroy, assis en face de sa femme, prit sa main et la baisa lentement.
- Quand nous serons revenus, dit-il, nous irons quelquefois dîner à Chatou.
Elle murmura: - Nous aurons tant de choses à faire! - sur un ton qui semblait signifier: "Il faudra sacrifier l'agréable à l'utile."
Il tenait toujours sa main, se demandant avec inquiétude par quelle transition il arriverait aux caresses. Il n'eût point été troublé de même devant l'ignorance d'une jeune fille; mais l'intelligence alerte et rusée qu'il sentait en Madeleine rendait embarrassée son attitude. Il avait peur de lui sembler niais, trop timide ou trop brutal, trop lent ou trop prompt.
Il serrait cette main par petites pressions, sans qu'elle répondît à son appel. Il dit:
- Ça me semble très drôle que vous soyez ma femme.
Elle parut surprise: - Pourquoi ça?
- Je ne sais pas. Ça me semble drôle. J'ai envie de vous embrasser, et je m'étonne d'en avoir le droit.
Elle lui tendit tranquillement sa joue, qu'il baisa comme il eût baisé celle d'une soeur.
Il reprit: - La première fois que je vous ai vue (vous savez bien, à ce dîner et où m'avait invité Forestier), j'ai pensé: "Sacristi, si je pouvais découvrir une femme comme ça." Eh bien! c'est fait. Je l'ai.
Elle murmura: - C'est gentil. - Et elle le regardait tout droit, finement, de son oeil toujours souriant.
Il songeait: "Je suis trop froid. Je suis stupide. Je devrais aller plus vite que ça." Et il demanda: - Comment aviez-vous donc fait la connaissance de Forestier?
Elle répondit, avec une malice provocante:
- Est-ce que nous allons à Rouen pour parler de lui?
Il rougit: - Je suis bête. Vous m'intimidez beaucoup.
Elle fut ravie: - Moi! Pas possible? D'où vient ça?
Il s'était assis à côté d'elle, tout près. Elle cria: - Oh! un cerf!
Le train traversait la forêt de Saint-Germain et elle avait vu un chevreuil effrayé franchir d'un bond une allée.
Duroy s'étant penché pendant qu'elle regardait par la portière ouverte posa un long baiser, un baiser d'amant dans les cheveux de son cou.
Elle demeura quelques moments immobile; puis, relevant la tête: - Vous me chatouillez, finissez.
Mais il ne s'en allait point, promenant doucement, en une caresse énervante et prolongée, sa moustache frisée sur la chair blanche.
Elle se secoua: - Finissez donc.
Il avait saisi la tête de sa main droite glissée derrière elle, et il la tournait vers lui. Puis il se jeta sur sa bouche comme un épervier sur une proie.
Elle se débattait, le repoussait, tâchait de se dégager. Elle y parvint enfin, et répéta:
- Mais finissez donc.
Il ne l'écoutait plus, l'étreignant, la baisant d'une lèvre avide et frémissante, essayant de la renverser sur les coussins du wagon.
Elle se dégagea d'un grand effort, et, se levant avec vivacité:
- Oh! voyons, Georges, finissez. Nous ne sommes pourtant plus des enfants, nous pouvons bien attendre Rouen.
Il demeurait assis, très rouge, et glacé par ces mots raisonnables; puis, ayant repris quelque sang-froid:
- Soit j'attendrai, dit-il avec gaieté, mais je ne suis plus fichu de prononcer vingt paroles jusqu'à l'arrivée. Et songez que nous traversons Poissy.
- C'est moi qui parlerai, dit-elle.
Elle se rassit doucement auprès de lui.
Et elle parla, avec précision, de ce qu'ils feraient à leur retour. Ils devaient conserver l'appartement qu'elle habitait avec son premier mari, et Duroy héritait aussi des fonctions et du traitement de Forestier à la Vie Française.
Avant leur union, du reste, elle avait réglé, avec une sûreté d'homme d'affaires, tous les détails financiers du ménage.
Ils s'étaient associés sous le régime de la séparation de biens, et tous les cas étaient prévus qui pouvaient survenir: mort, divorce, naissance d'un ou de plusieurs enfants. Le jeune homme apportait quatre mille francs, disait-il, mais, sur cette somme, il en avait emprunté quinze cents. Le reste provenait d'économies faites dans l'année, en prévision de l'événement. La jeune femme apportait quarante mille francs que lui avait laissés Forestier, disait-elle.
Elle revint à lui, citant son exemple: - C'était un garçon très économe, très rangé, très travailleur. Il aurait fait fortune en peu de temps.
Duroy n'écoutait plus, tout occupé d'autres pensées.
Elle s'arrêtait parfois pour suivre une idée intime, puis reprenait:
- D'ici à trois ou quatre ans, vous pouvez fort bien gagner de trente à quarante mille francs par an. C'est ce qu'aurait eu Charles, s'il avait vécu.
Georges, qui commençait à trouver longue la leçon, répondit: - Il me semblait que nous n'allions pas à Rouen pour parler de lui.
Elle lui donna une petite tape sur la joue: - C'est vrai, j'ai tort. - Elle riait.
Il affectait de tenir ses mains sur ses genoux, comme les petits garçons bien sages.
- Vous avez l'air niais, comme ça, dit-elle.
Il répliqua: - C'est mon rôle, auquel vous m'avez d'ailleurs rappelé tout à l'heure, et je n'en sortirai plus.
Elle demanda: - Pourquoi?
- Parce que c'est vous qui prenez la direction de la maison, et même celle de ma personne. Cela vous regarde, en effet, comme veuve!
Elle fut étonnée: - Que voulez-vous dire au juste?
- Que vous avez une expérience qui doit dissiper mon ignorance, et une pratique du mariage qui doit dégourdir mon innocence de célibataire, voilà, na!
Elle s'écria: - C'est trop fort!
Il répondit: - C'est comme ça. Je ne connais pas les femmes, moi, - na, - et vous connaissez les hommes, vous, puisque vous êtes veuve, - na, - c'est vous qui allez faire mon éducation... ce soir - na - et vous pouvez même commencer tout de suite, si vous voulez, - na.
Elle s'écria, très égayée:
- Oh! par exemple, si vous comptez sur moi pour çà!...
Il prononça, avec une voix de collégien qui bredouille sa leçon: - Mais oui, - na, - j'y compte. Je compte même que vous me donnerez une instruction solide... en vingt leçons... dix pour les éléments... la lecture et la grammaire... dix pour les perfectionnements et la rhétorique... Je ne sais rien, moi, - na.
Elle s'écria, s'amusant beaucoup: - T'es bête.
Il reprit: - Puisque tu commences par me tutoyer, j'imiterai aussitôt cet exemple, et je te dirai, mon amour, que je t'adore de plus en plus, de seconde en seconde, et que je trouve Rouen bien loin!
Il parlait maintenant avec des intonations d'acteur, avec un jeu plaisant de figure qui divertissaient la jeune femme habituée aux manières et au joyeusetés de la grande bohème des hommes de lettres.
Elle le regardait de côté, le trouvant vraiment charmant, éprouvant l'envie qu'on a de croquer un fruit sur l'arbre, et l'hésitation du raisonnement qui conseille d'attendre le dîner pour le manger à son heure.
Alors elle dit, devenant un peu rouge aux pensées qui l'assaillaient:
- Mon petit élève, croyez mon expérience, ma grande expérience. Les baisers en wagon ne valent rien. Ils tournent sur l'estomac.
Puis elle rougit davantage encore, en murmurant: - Il ne faut jamais couper son blé en herbe.
Il ricanait, excité par les sous-entendus qu'il sentait glisser dans cette jolie bouche; et il fit le signe de la croix avec un marmottement des lèvres, comme s'il eût murmuré une prière, puis il déclara: - Je viens de me mettre sous la protection de saint Antoine, patron des Tentations. Maintenant, je suis de bronze.
La nuit venait doucement, enveloppant d'ombre transparente, comme, d'un crêpe léger, la grande campagne qui s'étendait à droite. Le train longeait la Seine; et les jeunes gens se mirent à regarder dans le fleuve, déroulé comme un large ruban de métal poli à côté de la voie, des reflets rouges, des taches tombées du ciel que le soleil en s'en allant avait frotté de pourpre et de feu. Ces lueurs s'éteignaient peu à peu, devenaient foncées, s'assombrissant tristement. Et la campagne se noyait dans le noir, avec ce frisson sinistre, ce frisson de mort que chaque crépuscule fait passer sur la terre.
Cette mélancolie du soir entrant par la portière ouverte, pénétrait les âmes, si gaies tout à l'heure, des deux époux devenus silencieux.
Ils s'étaient rapprochés l'un de l'autre pour regarder cette agonie du jour, de ce beau jour clair de mai.
A Mantes, on avait allumé le petit quinquet à l'huile qui répandait sur le drap gris des capitons sa clarté jaune et tremblotante.
Duroy enlaça la taille de sa femme et la serra contre lui. Son désir aigu de tout à l'heure devenait de la tendresse, une tendresse alanguie, une envie molle de menues caresses consolantes, de ces caresses dont on berce les enfants.
Il murmura, tout bas: - Je t'aimerai bien, ma petite Made.
La douceur de cette voix émut la jeune femme, lui fit passer sur la chair un frémissement rapide, et elle offrit sa bouche, en se penchant sur lui, car il avait posé sa joue sur le tiède appui des seins.
Ce fut un très long baiser, muet et profond, puis un sursaut, une brusque et folle étreinte, une courte lutte essoufflée, un accouplement violent et maladroit. Puis ils restèrent aux bras l'un de l'autre, un peu déçus tous deux, las et tendres encore, jusqu'à ce que le sifflet du train annonçât une gare prochaine.
Elle déclara, en tapotant du bout des doigts les cheveux ébouriffés de ses tempes:
- C'est très bête. Nous sommes des gamins.
Mais il lui baisait les mains, allant de l'une à l'autre avec une rapidité fiévreuse, et il répondit: - Je t'adore, ma petite Made.
Jusqu'à Rouen ils demeurèrent presque immobiles, la joue contre la joue, les yeux dans la nuit de la portière où l'on voyait passer parfois les lumières des maisons; et ils rêvassaient, contents de se sentir si proches et dans l'attente grandissante d'une étreinte plus intime et plus libre.
Ils descendirent dans un hôtel dont les fenêtres donnaient sur le quai, et ils se mirent au lit après avoir un peu soupé, très peu.
La femme de chambre les réveilla, le lendemain, lorsque huit heures venaient de sonner.
Quand ils eurent bu la tasse de thé posée sur la table de nuit, Duroy regarda sa femme, puis brusquement, avec l'élan joyeux d'un homme heureux qui vient de trouver un trésor, il la saisit dans ses bras, en balbutiant: - Ma petite Made, je sens que je t'aime beaucoup... beaucoup... beaucoup...
Elle souriait de son sourire confiant et satisfait et elle murmura, en lui rendant ses baisers: - Et moi aussi... peut-être.
Mais il demeurait inquiet de cette visite à ses parents. Il avait déjà souvent prévenu sa femme; il l'avait préparée, sermonnée. Il crut bon de recommencer.
- Tu sais, ce sont des paysans, des paysans de campagne, et non pas d'opéra-comique.
Elle riait: - Mais je le sais, tu me l'as assez dit. Voyons, lève-toi et laisse-moi me lever aussi.
Il sauta du lit, et mettant ses chaussettes:
- Nous serons très mal à la maison, très mal. Il n'y a qu'un vieux lit à paillasse dans ma chambre. On ne connaît pas les sommiers à Canteleu.
Elle semblait enchantée: - Tant mieux. Ce sera charmant de mal dormir... auprès de... auprès de toi... et d'être réveillée par le chant des coqs.
Elle avait passé son peignoir, un grand peignoir de flanelle blanche, que Duroy reconnut aussitôt. Cette vue lui fut désagréable. Pourquoi? Sa femme possédait, il le savait bien, une douzaine entière de ces vêtements de matinée. Elle ne pouvait pourtant point détruire son trousseau pour en acheter un neuf? N'importe, il eût voulu que son linge de chambre, son linge de nuit, son linge d'amour ne fût plus le même qu'avec l'autre. Il lui semblait que l'étoffe moelleuse et tiède devait avoir gardé quelque chose du contact de Forestier.
Et il alla vers la fenêtre en allumant une cigarette.
La vue du port, du large fleuve plein de navires aux mâts légers, de vapeurs trapus, que des machines tournantes vidaient à grand bruit sur les quais, le remua, bien qu'il connût cela depuis longtemps. Et il s'écria:
- Bigre, que c'est beau!
Madeleine accourut et posant ses deux mains sur une épaule de son mari, penchée vers lui dans un geste abandonné, elle demeura ravie, émue. Elle répétait:
- Oh! que c'est joli! que c'est joli! Je ne savais pas qu'il y eût tant de bateaux que ça!
Ils partirent une heure plus tard, car ils devaient déjeuner chez les vieux, prévenus depuis quelques jours. Un fiacre découvert et rouillé les emporta avec un bruit de chaudronnerie secouée. Ils suivirent un long boulevard assez laid, puis traversèrent des prairies où coulait une rivière, puis ils commencèrent à gravir la côte.
Madeleine, fatiguée, s'était assoupie sous la caresse pénétrante du soleil qui la chauffait délicieusement au fond de la vieille voiture, comme si elle eût été couchée dans un bain tiède de lumière et d'air champêtre.
Son mari la réveilla: - Regarde, dit-il.
Il venaient de s'arrêter aux deux tiers de la montée, à un endroit renommé pour la vue, où l'on conduit tous les voyageurs.
On dominait l'immense vallée, longue et large que le fleuve clair parcourait d'un bout à l'autre, avec de grandes ondulations. On le voyait venir, de là-bas, taché par des îles nombreuses et décrivant une courbe avant de traverser Rouen. Puis la ville apparaissait sur la rive droite, un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur ses toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées ou rondes coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d'églises que dominait la flèche aiguë de la cathédrale, surprenante aiguille de bronze, laide, étrange et démesurée, la plus haute qui soit au monde.
Mais en face, de l'autre côté du fleuve, s'élevaient rondes et renflées à leur faîte, les minces cheminées d'usines du vaste faubourg de Saint-Sever.
Plus nombreuses que leurs frères les clochers, elles dressaient jusque dans la campagne lointaine leurs longues colonnes de briques et soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon.
Et la plus élevée de toutes, aussi haute que la pyramide de Chéops, le second des sommets dus au travail humain, presque l'égale de sa fière commère la flèche de la cathédrale, la grande pompe à feu de la Foudre semblait la reine du peuple travailleur et fumant des usines, comme sa voisine était la reine de la foule pointue des monuments sacrés.
Là-bas, derrière la ville ouvrière, s'étendait une forêt de sapins; et la Seine, ayant passé entre les deux cités, continuait sa route, longeait une grande côte onduleuse boisée en haut et montrant par places ses os de pierre blanche, puis elle disparaissait à l'horizon après avoir encore décrit une longue courbe arrondie. On voyait des navires montant et descendant le fleuve, traînés par des barques à vapeur grosses comme des mouches, et qui crachaient une fumée épaisse. Des îles, étalées sur l'eau, s'alignaient toujours l'une au bout de l'autre, ou bien laissant entre elles de grands intervalles, comme les grains inégaux d'un chapelet verdoyant.
Le cocher du fiacre attendait que les voyageurs eussent fini de s'extasier. Il connaissait par expérience la durée de l'admiration de toutes les races de promeneurs.
Mais quand il se remit en marche, Duroy aperçut soudain, à quelques centaines de mètres, deux vieilles gens qui s'en venaient, et il sauta de la voiture, en criant: - Les voilà. Je les reconnais. C'étaient deux paysans, l'homme et la femme, qui marchaient d'un pas irrégulier, en se balançant et se heurtant parfois de l'épaule. L'homme était petit trapu, rouge et un peu ventru, vigoureux malgré son âge; la femme, grande, sèche, voûtée, triste, la vraie femme de peine des champs qui a travaillé dès l'enfance et qui n'a jamais ri, tandis que le mari blaguait en buvant avec les pratiques.
Madeleine aussi était descendue de voiture et elle regardait venir ces deux pauvres êtres avec un serrement de coeur, une tristesse qu'elle n'avait point prévue. Ils ne reconnaissaient point leur fils, ce beau monsieur, et ils n'auraient jamais deviné leur bru dans cette belle dame en robe claire.
Ils allaient, sans parler, et vite, au-devant de l'enfant attendu, sans regarder ces personnes de la ville que suivait une voiture.
Ils passaient. Georges, qui riait, cria: - Bonjou, pé Duroy.
Ils s'arrêtèrent net, tous les deux, stupéfaits d'abord, puis abrutis de surprise. La vieille se remit la première et balbutia, sans faire un pas: - C'est-ti té, not fieu?
Le jeune homme répondit: - Mais oui, c'est moi, la mé Duroy! - Et marchant à elle il l'embrassa sur les deux joues, d'un gros baiser de fils. Puis il frotta ses tempes contre les tempes du père, qui avait ôté sa casquette, une casquette à la mode de Rouen; en soie noire, très haute, pareille à celles des marchands de boeufs.
Puis Georges annonça Voilà ma femme. - Et les deux campagnards regardèrent Madeleine. Ils la regardèrent comme on regarde un phénomène, avec une crainte inquiète, jointe à une sorte d'approbation satisfaite chez le père, à une inimitié jalouse cher la mère.
L'homme, qui était d'un naturel joyeux, tout imbibé par une gaieté de cidre doux et d'alcool, s'enhardit et demanda, avec une malice au coin de l'oeil:
- J'pouvons-t-il l'embrasser tout d'même?
Le fils répondit: - Parbleu. - Et Madeleine, mal à l'aise, tendit ses deux joues aux bécots sonores du paysan qui s'essuya ensuite les lèvres d'un revers de main.
La vieille, à son tour, baisa sa belle-fille avec une réserve hostile. Non, ce n'était point la bru de ses rêves, la grosse et fraîche fermière, rouge comme une pomme et ronde comme une jument poulinière. Elle avait l'air d'une traînée, cette dame-là, avec ses falbalas et son musc. Car tous les parfums, pour la vieille, étaient du musc.
Et on se remit en marche à la suite du fiacre qui portait la malle des nouveaux époux.
Le vieux prit son fils par le bras, et le retenant en arrière, il demanda avec intérêt:
- Eh ben, ça va-t-il, les affaires?
- Mais oui, très bien.
- Allons, suffit, tant mieux! Dis-mé, ta femme, est-i aisée?
Georges répondit: - Quarante mille francs.
Le père poussa un léger sifflement d'admiration et ne put que murmurer: "Bougre!" tant il fut ému par la somme. Puis il ajouta avec une conviction sérieuse: - Nom de nom, c'est une belle femme. - Car il la trouvait de son goût, lui. Et il avait passé pour connaisseur, dans le temps.
Madeleine et la mère marchaient côte à côte, sans dire un mot. Les deux hommes les rejoignirent.
On arrivait au village, un petit village en bordure de la route, formé de dix maisons de chaque côté, maisons de bourg et masures de fermes, les unes en briques, les autres en argile, celles-ci coiffées de chaume et celles-là d'ardoises. Le café du père Duroy: A la Belle-Vue, une bicoque composée d'un rez-de-chaussée et d'un grenier, se trouvait à l'entrée du pays, à gauche. Une branche de pin, accrochée sur la porte, indiquait, à la mode ancienne, que les gens altérés pouvaient entrer.
Le couvert était mis dans la salle du cabaret, sur deux tables rapprochées et cachées par deux serviettes. Une voisine, venue pour aider au service, salua d'une grande révérence et voyant apparaître une aussi belle dame, puis reconnaissant Georges, elle s'écria: - Seigneur Jésus, c'est-i té, petiot?
Il répondit gaiement. - Oui, c'est moi! la mé Brulin!
Et il l'embrassa aussitôt comme il avait embrassé père et mère.
Puis il se tourna vers sa femme: - Viens dans notre chambre, dit-il, tu te débarrasseras de ton chapeau.
Il la fit entrer par la porte de droite dans une pièce froide, carrelée, toute blanche, avec ses murs peints à la chaux et son lit aux rideaux de coton. Un crucifix au-dessus d'un bénitier, et deux images coloriées représentant Paul et Virginie sous un palmier bleu et Napoléon Ier sur un cheval jaune, ornaient seuls cet appartement propre et désolant.
Dès qu'ils furent seuls, il embrassa Madeleine: - Bonjour, Made. Je suis content de revoir les vieux. Quand on est à Paris, on n'y pense pas, et puis quand on se retrouve, ça fait plaisir tout de même.
Mais le père criait en tapant du point dons la cloison:
- Allons, allons, la soupe est cuite.
Et il fallut se mettre à table.
Ce fut un long déjeuner de paysans avec une suite de plats mal assortis, une andouille après un gigot, une omelette après l'andouille. Le père Duroy, mis en joie par le cidre et quelques verres de vin, lâchait le robinet de ses plaisanteries de choix, celles qu'il réservait pour les grandes fêtes, histoires grivoises et malpropres arrivées à ses amis, affirmait-il. Georges, qui les connaissait toutes, riait cependant, grisé par l'air natal, ressaisi par l'amour inné du pays, des lieux familiers dans l'enfance, par toutes les sensations, tous les souvenirs retrouvés, toutes les choses d'autrefois revues, des riens, une marque de couteau dans une porte, une chaise boiteuse rappelant un petit fait, des odeurs de sol le grand souffle de résine et d'arbres venu de la forêt voisine, les senteurs du logis, du ruisseau, du fumier.
La mère Duroy ne parlait point, toujours triste et sévère, épiant de l'oeil sa bru avec une haine éveillée dans le coeur, une haine de vieille travailleuse, de vieille rustique aux doigts usés, aux membres déformés par les dures besognes, contre cette femme de ville qui lui inspirait une répulsion de maudite, de réprouvée, d'être impur fait pour la fainéantise et le péché. Elle se levait à tout moment pour aller chercher les plats, pour verser dans les verres la boisson jaune et aigre de la carafe où le cidre roux mousseux et sucré des bouteilles dont le bouchon sautait comme celui de la limonade gazeuse.
Madeleine ne mangeait guère, ne parlait guère, demeurait triste avec son sourire ordinaire figé sur les lèvres, mais un sourire morne, résigné. Elle était déçue, navrée. Pourquoi? Elle avait voulu venir. Elle n'ignorait point qu'elle allait chez des paysans, chez de petits paysans. Comment les avait-elle donc rêvés, elle, qui ne rêvait pas d'ordinaire?
Le savait-elle? Est-ce que les femmes n'espèrent point toujours autre chose que ce qui est! Les avait-elle vus de loin plus poétiques? Non, mais plus littéraires peut-être, plus nobles, plus affectueux, plus décoratifs. Pourtant elle ne les désirait point distingués comme ceux des romans. D'où venait donc qu'ils la choquaient par mille choses menues, invisibles, par mille grossièretés insaisissables, par leur nature même de rustres, par ce qu'ils disaient, par leurs gestes et leur gaieté?
Elle se rappelait sa mère à elle, dont elle ne parlait jamais à personne, une institutrice séduite, élevée à Saint-Denis et morte de misère et de chagrin quand Madeleine avait douze ans. Un inconnu avait fait élever la petite fille. Son père, sans doute? Qui était-il? Elle ne le sut point au juste, bien qu'elle eût de vagues soupçons.
Le déjeuner ne finissait pas. Des consommateurs entraient maintenant, serraient les mains du père Duroy, s'exclamaient en voyant le fils, et, regardant de côté la jeune femme, clignaient de l'oeil avec malice; ce qui signifiait: "Sacré mâtin! elle n'est pas piquée des vers, l'épouse à Georges Duroy."
D'autres, moins intimes s'asseyaient devant les tables de bois, et criaient: - Un litre! - Une chope! - Deux fines! - Un raspail! - Et ils se mettaient à jouer aux dominos en tapant à grand bruit les petits carrés d'os blancs et noirs.
La mère Duroy ne cessait plus d'aller et de venir, servant les pratiques avec son air lamentable, recevant l'argent, essuyant les tables du coin de son tablier bleu.
La fumée des pipes de terre et des cigares d'un sou emplissait la salle. Madeleine se mit à tousser et demanda: - Si nous sortions? je n'en puis plus.
On n'avait point encore fini. Le vieux Duroy fut mécontent.. Alors elle se leva et alla s'asseoir sur une chaise, devant la porte, sur la route, en attendant que son beau-père et son mari eussent achevé leur café et leurs petits verres.
Georges la rejoignit bientôt. - Veux-tu dégringoler jusqu'à la Seine? dit-il.
Elle accepta avec joie: - Oh! oui. Allons.
Ils descendirent la montagne, louèrent un bateau à Croisset, et ils passèrent le reste de l'après-midi le long d'une île, sous les saules, somnolents tous deux, dans la chaleur douce du printemps, et bercés par les petites vagues du fleur.
Puis ils remontèrent à la nuit tombante.
Le repas du soir, à la lueur d'une chandelle, fut plus pénible encore pour Madeleine que celui du matin. Le père Duroy, qui avait une demi-saoulerie, ne parlait plus. La mère gardait sa mine revêche.
La pauvre lumière jetait sur les murs gris les ombres des têtes avec des nez énormes et des gestes démesurés. On voyait parfois une main géante lever une fourchette pareille à une fourché vers une bouche qui s'ouvrait comme une gueule de monstre, quand quelqu'un, se tournant un peu, présentait, son profil à la flamme jaune et tremblotante.
Dès que le dîner fut achevé, Madeleine entraîna son mari dehors pour ne point demeurer dans cette salle sombre où flottait toujours une odeur âcre de vieilles pipes et de boissons répandues.
Quand ils furent sortis:
-.Tu t'ennuies déjà, dit-il.
Elle voulut protester. Il l'arrêta: - Non. Je l'ai bien vu. Si tu le désires, nous repartirons demain.
Elle murmura:
- Oui, je veux bien.
Ils allaient devant eux doucement. C'était une nuit tiède dont l'ombre caressante et profonde semblait pleine de bruits légers, de frôlements, de souffles. Ils étaient entrés dans une allée étroite, sous des arbres très hauts, entre deux taillis d'un noir impénétrable.
Elle demanda: - Où sommes-nous?
Il répondit: - Dans la forêt.
- Elle est grande?
- Très grande, une des plus grandes îles de la France.
Une senteur de terre, d'arbres, de mousse, ce parfum frais et vieux des bois touffus, fait de la sève des bourgeons et de l'herbe morte et moisie des fourrés, semblait dormir dans cette allée. En levant la tête, Madeleine apercevait des étoiles entre les sommets des arbres, et bien qu'aucune brise ne remuât les branches, elle sentait autour d'elle la vague palpitation de cet océan de feuilles.
Un frisson singulier lui passa dans l'âme et lui courut sur la peau; une angoisse confuse lui serra le coeur. Pourquoi? Elle ne comprenait pas. Mais il lui semblait qu'elle était perdue, noyée. Entourée de périls, abandonnée de, tous, seule, seule au monde, sous cette voûte vivante qui frémissait là-haut.
Elle murmura: - J'ai un peu peur. Je voudrais retourner.
- Eh bien, revenons.
- Et... nous repartirons pour Paris demain?
- Oui, demain.
- Demain matin.
- Demain matin, si tu veux.
Ils rentrèrent. Les vieux étaient couchés. Elle dormit mal, réveillée sans cesse par tous les bruits nouveaux pour elle de la campagne, les cris des chouettes, le grognement d'un porc enfermé dans une hutte contre le mur, et le chant d'un coq qui claironna dès minuit.
Elle fut levée et prête à partir aux premières lueurs de l'aurore.
Quand Georges annonça aux parents qu'il allait s'en retourner, ils demeurèrent saisis tous les deux, puis ils comprirent d'où venait cette volonté.
Le père demanda simplement: - J'te r'verrons-ti bientôt?
- Mais oui. Dans le courant de l'été.
- Allons, tant mieux.
La vielle grogna: - J'te souhaite de n'point r'gretter c'que t'as fait.
Il leur laissa deux cents francs en cadeau, pour calmer leur mécontentement, et le fiacre, qu'un gamin était allé chercher, ayant paru vers dix heures, les nouveaux époux embrassèrent les vieux paysans et repartirent.
Comme ils descendaient la côte, Duroy se mit à rire:
- Voilà, dit-il, je t'avais prévenue. Je n'aurais pas dû te faire connaître Monsieur et Madame du Roy de Cantel, père et mère.
Elle se mît à rire aussi, et répliqua: - Je suis enchantée maintenant. Ce sont de braves gens que je commence à aimer beaucoup. Je leur enverrai des gâteries de Paris.
Puis elle murmura: - "Du Roy de Cantel..." Tu verras que personne ne s'étonnera de nos lettres de faire-part. Nous raconterons que nous avons passé huit jours dans la propriété de tes parents.
Et, se rapprochant de lui, elle affleura d'un baiser le bout de sa moustache: "Bonjour, Geo"
Il répondit "Bonjour, Made" en passant une main derrière sa taille.
On apercevait au loin, dans le fond de la vallée, le grand fleuve déroulé comme un ruban d'argent sous le soleil du matin, et toute les cheminées des usines qui soufflaient dans le ciel leurs nuages de charbon, et tous les clochers pointus dressés sur la vieille cité.