Fermer
cette
fenêtre
La Fontaine

Le Singe et le Léopard - Livre IX - Fable 3

Le singe avec le léopard
Gagnaient de l'argent à la foire.
Ils affichaient chacun à part.
L'un d'eux disait : « Messieurs, mon mérite et ma gloire
Sont connus en bon lieu ; le roi m'a voulu voir ;
Et, si je meurs, il veut avoir
Un manchon de ma peau ; tant elle est bigarrée,
Pleine de taches, marquetée,
Et vergetée, et mouchetée ! »
La bigarrure plaît. Partantchacun le vit.
Mais ce fut bientôt fait, bientôt, chacun sortit.
Le singe, de sa part, disait : « Venez, de grâce ;
Venez, Messieurs. Je fais cent tours de passe-passe.
Cette diversité dont on vous parle tant,
Mon voisin léopard l'a sur soi seulement ;
Moi, je l'ai dans l'esprit : votre serviteur Gille,
Cousin et gendre de Bertrand,
Singe du papeen son vivant,
Tout fraîchement en cette ville
Arrive en trois bateaux , exprès pour vous parler ;
Car il parle, on l'entend : il sait danser, baller,
Faire des tours de toute sorte,
Passer en des cerceaux ; et le tout pour six blancs !
Non, Messieurs, pour un sou ; si vous n'êtes contents
Nous rendrons à chacun son argent à la porte. »

Le singe avait raison. Ce n'est pas sur l'habit
Que la diversité me plaît ; c'est dans l'esprit :
L'une fournit toujours des choses agréables ;
L'autre en moins d'un moment lasse les regardants.
Ô ! que de grands seigneurs au léopard semblables,
N'ont que l'habit pour tous talents!


Ils affichaient chacun à part: Ils présentaient leur numéro chacun de son côté.

Partant: Par conséquent.

Bertrand: Nous retrouvons ce nom attribué au singe dans « Le Singe et le Chat »(Livre IX, fable 17, vers 1) et dans « Du Thésauriseur et du Singe » (Livre XII, fable 3, vers 19).

Singe du Pape: Allusion au célèbre singe du pape Jules II (1443-1513 - Pape de 1503 à sa mort) ; il fut le moteur de la ligue contre la France ; il protégea Michel-Ange et Raphaël. L’expression « singe du pape » pourrait se remplacer, dans le langage courant, par « fou du roi ».

Arrive en trois bateaux: Référence à Rabelais dans « Gargantua » : « Et fut amenée [la jument de Grandgousier] par mer, en troyes carracques et un brigantin, jusques au port de Olone en Thalmondoys. » (« Rabelais - Oeuvres complètes » - Edition établie et annotée par Jacques Boulenger, revue et complétée par Lucien Scheler - NRF - Bibliothèque de la Pléiade - 1955, p. 52). (Note : Une carracque est un grand bateau gênois ; un brigantin est une petite galère de guerre).

Baller : danser, pas comme n’importe qui, mais comme un danseur de ballet.

Faire de tours de toutes sortes: Cf. le conte « Le petit Chien qui secoue de l’argent et des pierreries »: « Il entend tout, il parle, il danse, il fait cent tours. » (« La Fontaine - Oeuvres complètes, tome I » ; préface par E. Pilon ; édition établie et annotée par R. Groos et J. Schiffrin ; NRF Gallimard ; bibliothèque de la Pléiade ; 1954, p. 535).

Six blancs : deux sous et demi ou trente deniers. Le « petit blanc » ou « demi-blanc » valait dix deniers.

O que de grands seigneurs...Le texte de l’édition de 1679 se terminait ainsi : « Oh ! que de grands seigneurs au léopard semblables / Bigarrés en dehors, ne sont rien en dedans ». Voir aussi la fable « Le Renard et le Buste » (Livre IV, fable 14, vers 12) : « Combien de grands seigneurs sont bustes en ce point !»,c'est-à-dire n’ont pas de cervelle, comme le buste qui est creux.

Plusieurs versions antérieures traitent d’un sujet inspiré par un texte d’ Esope « Le Renard et la Panthère ». La Fontaine sera le premier à remplacer le renard de tous les auteurs précédents par un singe. Ne retrouvons-nous pas ici une parodie des disputes entre sophistes, masquée sous l’image de saltimbanques de foire (la foire de Saint-Germain, la plus célèbre de toutes) ? Les textes attestent de la présence en ce lieu d’un certain Gilles mais aussi d’un Bertrand, ce dernier étant animateur et directeur d’une petite troupe d’acrobates. (voir, à ce sujet, la note 3 ci-dessus).

Retrouvez tout La Fontaine sur l'excellent site http://www.lafontaine.net