Fermer
cette
fenêtre
Hugo Victor

Hernani - Acte 3, scène 3

DON RUY GOMEZ (_continuant_).
Voici ma Notre-Dame à moi. L'avoir priée
Te portera bonheur[30].

_Il va présenter la main à doña Sol, toujours pâle et grave_.
Ma belle mariée,
Venez.--Quoi! pas d'anneau! pas de couronne encor!

HERNANI (_d'une voix tonnante_).
Qui veut gagner ici mille carolus d'or[31]?

_Tous se retournent étonnés. Il déchire sa robe de pèlerin, la foule
aux pieds, et en sort dans son costume de montagnard_.
Je suis Hernani.

DOÑA SOL (_à part, avec joie_).
Ciel! vivant!

HERNANI (_aux valets_).
Je suis cet homme
Qu'on cherche.

_Au duc_.
Vous vouliez savoir si je me nomme
Perez ou Diego[32]?--Non, je me nomme Hernani.
C'est un bien plus beau nom, c'est un nom de banni,
C'est un nom de proscrit! Vous voyez cette tête?
Elle vaut assez d'or pour payer votre fête.

_Aux valets_.
Je vous la donne à tous. Vous serez bien payés!
Prenez! liez mes mains, liez mes pieds, liez!
Mais non, c'est inutile, une chaîne me lie
Que je ne romprai point?

DOÑA SOL (_à part_).
Malheureuse!

DON RUY GOMEZ.
Folie!
Çà, mon hôte est un fou!

HERNANI.
Votre hôte est un bandit.

DOÑA SOL.
Oh! ne l'écoutez pas.

HERNANI.
J'ai dit ce que j'ai dit.

DON RUY GOMEZ.
Mille carolus d'or! monsieur, la somme est forte,
Et je ne suis pas sûr de tous mes gens.

HERNANI.
Qu'importe!
Tant mieux si dans le nombre il s'en trouve un qui veut.

_Aux valets_.
Livrez-moi! vendez-moi!

DON RUY GOMEZ (_s'efforçant de le faire taire_).
Taisez-vous donc! on peut
Vous prendre au mot.

HERNANI.
Amis, l'occasion est belle!
Je vous dis que je suis le proscrit, le rebelle,
Hernani!

DON RUY GOMEZ.
Taisez-vous!

HERNANI.
Hernani!

DOÑA SOL (_d'une voix éteinte, à son oreille_).
Ho! tais-toi!

HERNANI (_se détournant à demi vers doña Sol_).
On se marie ici! Je veux en être, moi!
Mon épousée aussi m'attend.

_Au duc_.
Elle est moins belle
Que la vôtre, seigneur, mais n'est pas moins fidèle.
C'est la mort!

_Aux valets_.
Nul de vous ne fait un pas encor?

DOÑA SOL (_bas_).
Par pitié!

HERNANI (_aux valets_).
Hernani! mille carolus d'or!

DON RUY GOMEZ.
C'est le démon!

HERNANI (_à un jeune valet_).
Viens, toi; tu gagneras la somme.
Riche alors, de valet tu redeviendras homme.

_Aux valets gui restent immobiles_.
Vous aussi, vous tremblez! Ai-je assez de malheur!

DON RUY GOMEZ.
Frère, à toucher ta tête, ils risqueraient la leur.
Fusses-tu Hernani, fusses-tu cent fois pire,
Pour ta vie au lieu d'or offrît-on un empire,
Mon hôte, je te dois protéger en ce lieu,
Même contre le roi, car je te tiens de Dieu.
S'il tombe un seul cheveu de ton front, que je meure!

_A doña Sol_.
Ma nièce, vous serez ma femme dans une heure;
Rentrez chez vous. Je vais faire armer le château[33],
J'en vais fermer la porte.

_Il sort. Les valets le suivent_.

HERNANI (_regardant avec désespoir sa ceinture dégarnie et désarmée_).
Oh! pas même un couteau!

_Doña Sol, après que le duc a disparu, fait quelques pas comme pour
suivre ses femmes, puis s'arrête, et, dès qu'elles sont sorties,
revient vers Hernani avec anxiété_.